La Suisse reste un îlot de cherté - surtout pour les génériques

BERNE - Les prix des médicaments restent globalement plus élevés en Suisse que dans des pays européens comparables. Les génériques surtout coûtent en moyenne près du double pour les consommateurs helvétiques que pour ceux des six Etats européens de référence.

Ces résultats ressortent de l'étude présentée mardi à Berne par l'institut IMS Health sur mandat de l'organisation faîtière des caisses maladie santésuisse et des associations de branche de l'industrie pharmaceutique Interpharma et vips. Les tarifs ont été comparés à ceux pratiqués en France, en Allemagne, en Autriche, au Danemark, au Pays-Bas et en Grande-Bretagne.

Si l'on se base sur les 250 principes actifs générant les plus forts chiffres d'affaires, les génériques sont plus chers en Suisse que dans tous les pays de comparaison. Les consommateurs néerlandais déboursent même moins du tiers que les Suisses. A l'autre extrême, les Français paient toujours 18% de moins.

Monsieur Prix indigné

"En comparaison internationale, les génériques restent beaucoup trop chers en Suisse", a réagi Monsieur Prix Stephan Meierhans. Selon les chiffres de la Surveillance des prix, ce type de médicaments coûte même plus du double en Suisse qu'en Allemagne.

En Suisse, on fixe le prix du générique par rapport à l'original alors qu'en Allemagne, on détermine uniquement le montant maximal à rembourser par les caisses maladies, a expliqué M. Meierhans à l'ATS. Les préparations les moins chères sont donc entièrement remboursées, "ce qui entraîne une sorte de spirale à la baisse". M. Prix demande depuis près d'un an que la Suisse adopte le système allemand.

La progression des génériques en Suisse s'est limitée en 2009 à 3,9% sur le marché des médicaments remboursés par les caisses maladie, avaient indiqué en janvier vips, Interpharma et IMS Health. Le segment des génériques a atteint 449 millions sur un volume de 3,9 milliards.

Originaux pas si chers

Les Helvètes paient aussi davantage pour les médicaments originaux. Les 200 originaux brevetés générant le plus fort chiffre d'affaires sont en moyenne 6% plus chers en Suisse. L'an dernier, la différence était de 9%, d'après les groupes d'intérêts.

Les préparations originales sont toutefois meilleur marché en Suisse qu'en Allemagne et au Danemark. Depuis 2005, "les prix suisses se rapprochent peu à peu des prix européens", a relevé Stéphane Colombo. Pour le responsable de projet de santésuisse, la réduction progressive de l'écart est due aux nouvelles réglementations adoptées par le gouvernement.

Le prix de plusieurs centaines de médicaments a baissé en mars, suite à une vérification des prix ordonnée par le Conseil fédéral. L'économie est de 400 millions de francs. Dorénavant, un contrôle aura lieu tous les trois ans.

Une bonne nouvelle

Bonne nouvelle pour les consommateurs suisses, les prix des médicaments tombés dans le domaine public se sont alignés en moyenne sur ceux pratiqués dans les pays de référence. Mais l'étude ne porte que sur les médicaments prescrits par un médecin, a indiqué à l'ATS Sven Krause d'IMS Health.

Les contre-douleurs, comme l'aspirine, ne sont pas du tout pris en compte. Au total, quelque 69% des médicaments qui ne sont plus protégés par un brevet ont été examinés.

ATS: 21 décembre 2010


Inscrivez-vous à notre Newsletter

Dernières news