PUBLICITE

Des médecines complémentaires à nouveau remboursées

PUBLICITE

mentheBERNE - L'homéopathie, la phytothérapie, la thérapie neurale, ainsi que les médecines anthroposophique et chinoise traditionnelle seront à nouveau remboursées par l'assurance de base dès janvier 2012. Didier Burkhalter a donné un feu vert provisoire. Une réévaluation est prévue d'ici 2017.

Après avoir tergiversé, le conseiller fédéral a fini par couper la poire en deux, optant pour ce qu'il a appelé mercredi un "oui, mais". La réadmission provisoire tient compte du fort soutien populaire aux médecines alternatives exprimé lors du scrutin de mai 2009 mais aussi de l'opposition manifestée par la Commission fédérale des prestations.

Il ne s'agit pas de faire un "cadeau, mais de donner une forte chance supplémentaire" aux cinq médecines douces plébiscitées par le souverain, selon lui.

Il n'a en effet pas été possible à ce jour de prouver que ces médecines alternatives remplissent pleinement les critères légaux d'efficacité, d'adéquation et d'économicité, a justifié M.Burkhalter.

Pour les caisses maladie, la décision pourrait entraîner des coûts de 50 millions de francs d'après une estimation brute, a signalé le Neuchâtelois. Mais il n'est pas dit que ces coûts soient additifs.

La décision de réintroduire les médecines complémentaires dans le catalogue de base de l'assurance maladie est bien accueillie par les praticiens et les patients. Pour santésuisse, l'organisation faîtière des assureurs, il s'agit d'une décision "politique".

Les professionnels des médecines complémentaires sont optimistes, estimant que la décision populaire de 2009 sera ainsi concrétisée. "Mais nous ne sommes pas encore au but", a nuancé mercredi Lukas Rist, le co-président de leur organisation faîtière, interrogé par l'ATS.

Satisfaction aussi au sein de l'Union des sociétés suisses de médecine complémentaire: son président Hansueli Albonico souligne "la manière d'agir scrupuleuse" du conseiller fédéral Didier Burkhalter.

Pour santésuisse, l'organisation faîtière des assureurs maladie, il s'agit d'une décision "politique". Le délai fixé permettra aux différents interlocuteurs de clarifier la situation sur les critères à prendre en considération, note l'organisation.

Source: ATS, 12 janvier 2011




PUBLICITE

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Dernières news