5,5% de la population genevoise serait infectée par le coronavirus (étude)


GENÈVE - Selon les premiers résultats d'une étude des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), environ 27'000 personnes des 500'000 habitants du canton pourraient avoir été infectées par le coronavirus (Covid-1) à la mi-avril 2020. Cela correspond à 5,5% de la population. Dans le canton de Genève, le 20 avril 2020 on comptait 4671 cas de Covid-19 à ce jour dépistés par le test du PCR - qui recherche le virus et pas les anticorps. Cela signifie que le nombre de personnes qui ont été infectées par le Covid-19 serait 5 fois plus élevé qu'imaginé en comptant les cas positifs à la méthode de PCR. D'autres études notamment en Californie aux Etats-Unis arrivent à des chiffres bien plus hauts, jusqu'à un facteur 50 (c'est-à-dire 50 fois plus de personnes contaminées que les résultats des tests PCR, mais le chiffre dépend du nombre de tests PCR réalisés dans une région).


Cette soi-disant séroprévalence par test des anticorps de 5,5 % est une estimation qui doit être interprétée avec beaucoup de prudence, a annoncé mercredi l'Hôpital universitaire de Genève. Le résultat provient de tests effectués sur des échantillons de sang prélevés sur 760 personnes entre le 6 et le 17 avril 2020. La séroprévalence est la mesure de la fréquence des anticorps dans le sang d'un groupe de test, qui indique une infection qui s'est produite ou qui est présente.

L'étude se poursuivra jusqu'à la fin du mois de mai. En attendant, les tests peuvent être effectués sur un plus grand échantillon de personnes. Les HUG s'attendent à ce que la séroprévalence continue d'augmenter dans les semaines à venir en raison de la récente augmentation du nombre de cas de Covid 19 dans le canton. Cette installation unique permet d'effectuer 200 analyses par heure.

De nombreuses incertitudes

L'enquête est basée sur la détection d'immunoglobulines spécifiques de type G (IgG) dirigées contre l'agent pathogène à l'origine du Covid-19. Une plate-forme pour les tests sérologiques à haut débit a été mise en place.

L'estimation initiale était sujette à de nombreuses incertitudes, en particulier le temps nécessaire pour développer l'immunité et la dynamique de l'épidémie, HUG limitée. À ce stade, l'échantillon et la période d'enquête étaient trop petits pour tirer des conclusions solides.

D'une part, la présence d'anticorps dans le sang confirme que la personne a été exposée au virus. D'autre part, HUG souligne qu'il n'est pas permis de déduire une immunité totale ou partielle contre la maladie Covid-19. La science ignore encore quel est le niveau de protection offert par cette immunité et combien de temps elle peut durer.

Le 22 avril 2020. Sources : Keystone-ATS (traduit en partie de l'allemand par un outil automatique de traduction avec la supervision finale de Xavier Gruffat - pharmacien. Pharmapro Sàrl, et ses sites Pharmapro.ch et Medpro.ch, est client de Keystone-ATS en allemand. La news originale est disponible sur Pharmapro.ch en allemand : www.pharmapro.ch/de, dans la rubrique News), CNN.com, Radio Lac. Crédits photos: Adobe Stock, Pixabay ou Pharmanetis Sàrl (Creapharma.ch).

Offres PUSH

Pharmacien/ne adjoint/e dans la région de Lausanne
Pharmacien/ne (mission de coopération au développement), Hôpital de Lugala en Tanzanie

Les dernières news

Inscrivez-vous à notre Newsletter