Addiction Suisse - Informer sur les dangers liés aux médicaments chez les ados


LAUSANNE - Addiction Suisse veut mieux prévenir les dangers liés à l'abus de médicaments chez les jeunes. L'organisation a élaboré un guide pour les parents et un dépliant pour les adolescents.

"Plusieurs dizaines" de jeunes sont décédés ces trois dernières années en raison d'une consommation inadéquate de médicaments, souligne mardi Addiction Suisse dans un communiqué. Ces médicaments, facilement accessibles et souvent pris dans un contexte festif, peuvent aussi provoquer une dépendance et inciter à prendre des risques inconsidérés.

"En découvrant que leurs enfants en prennent hors du contexte médical, les parents tombent généralement des nues et se sentent désemparés", constate Addiction Suisse. La nouvelle brochure doit justement aider les parents à affronter ce problème.

Elle leur explique comment aborder la question avec leurs enfants. Elle informe également sur les principaux médicaments utilisés, à savoir les benzodiazépines (tranquillisants), la codéine ou le dextrométhorphane (sirop contre la toux) ainsi que les antidouleurs contenant des opioïdes. Les motifs de consommation et les risques sont aussi traités par la brochure.

Le dépliant destiné aux ados, qui paraît en même temps, peut également être utile pour dialoguer avec les jeunes. Comme la brochure, il peut être distribué par l'école, lors de soirées de parents ou dans les services spécialisés.

Ces documents ont été réalisés avec le soutien financier du Fonds de prévention des problèmes liés à l'alcool et de la Direction générale de la santé du canton de Vaud.

Question aussi politique

Outre les parents, les autorités ont un rôle à jouer, tant au niveau politique que juridique, ajoute Addiction Suisse. Et de citer l'exemple des médicaments contenant de la codéine ou du dextrométhorphane qui "ne devraient être remis que sur prescription médicale."

Selon l'enquête "Health Behaviour in School-aged Children" (HBSC) d'Addiction Suisse de 2018, 4,5% des garçons et 4,1% des filles de 15 ans ont déjà pris au moins une fois des médicaments dans l'intention d'en ressentir les effets psychoactifs.

Le 31 août 2021. Sources : Keystone-ATS. Crédits photos: Adobe Stock, Pixabay ou Pharmanetis Sàrl (Creapharma.ch).

Offres PUSH

Pharmacien/ne adjoint/e à 100% - BENU à Lutry (VD)

Les dernières news

Inscrivez-vous à notre Newsletter