PUBLICITE

Avions : plus de cancers chez les pilotes et hôtesses de l'air américains

PUBLICITE

BOSTON - Une étude récente a montré qu'il y avait plus de cas de cancer chez les personnels navigants américains que parmi la population générale. En plus du cancer de la peau provoqué surtout par les rayons UV, les tumeurs du sein, de l'utérus, de l'intestin, de la glande thyroïde et du col de l'utérus sont plus fréquentes chez les pilotes et hôtesses de l'air.

Étude sur des femmes surtout

Pour arriver à ces conclusions, les chercheurs ont comparé les données de plus de 5'300 agents de bord, principalement des femmes, sur leur vie professionnelle et leur état de santé avec les résultats de 5'000 participants à une étude nationale sur la santé menée par le CDC, l'autorité sanitaire américaine. Eileen McNeely et ses collègues de la Harvard School of Public Health ont découvert qu'un peu plus de 15 % des membres de l'équipage de conduite avaient reçu un diagnostic de cancer.

Différences entre hommes et femmes

Par rapport au groupe d'âge approprié de l'étude globale, les voyageurs fréquents ont montré un taux plus élevé de tumeurs du sein (3,4 % comparativement à 2,3 %), de l'utérus (0,15/0,13 %), du col de l'utérus (1,0/0,7 %), de l'intestin (0,47/0,27 %) et de la thyroïde (0,67/0,56 %). La différence était particulièrement claire dans le cas du cancer de la peau : plus de deux fois plus d'agents de bord (2,2 %) ont développé des mélanomes, et quatre fois plus (7,4 %) d'autres formes de cancer de la peau. Quant aux hommes qui volaient, ils n'ont été interrogés que sur le cancer de la peau. Ils comptaient aussi plus de cas de cancer que la population générale - mais, dans l'ensemble, ils sont tombés malades beaucoup moins souvent que leurs collègues femmes.

"Si l'on en juge par les faibles taux de personnes en surpoids et de fumeurs dans cette profession, le résultat est frappant ", déclare Irina Mordukhovich, co-auteure de l'étude. Les résultats ont confirmé les études antérieures sur le sujet.

Rayons UV

Au cours de leur vie professionnelle au-dessus des nuages, les agents de bord et les pilotes sont exposés à divers risques de cancer y compris le rayonnement cosmique et UV, des rythmes de sommeil irréguliers et peut-être aussi des substances chimiques dans la cabine.

On sait depuis longtemps que le taux de cancer de la peau chez les pilotes professionnels de longue durée est en augmentation. Contrairement aux États-Unis, l'exposition aux rayonnements UV des pilotes et du personnel navigant est surveillée et limitée en Europe, de sorte qu'une certaine dose de rayonnement ne soit pas dépassée.

Cette étude a été publiée le 26 juin 2018 dans le journal scientifique Environmental Health (DOI : 10.1186/s12940-018-0396-8).

Le 27 juin 2018. Source : ATS. Traduit de l'allemand avec des outils de traduction automatique par Xavier Gruffat (pharmacien). Remarque : Pharmapro Sàrl est client de l'ATS en allemand. Référence étude : Environmental Health (DOI : 10.1186/s12940-018-0396-8).

Commentaires (0)







PUBLICITE

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Dernières news