PUBLICITE

Cancer du côlon : l’analyse des selles en pharmacie prouve son efficacité

PUBLICITE

BERNE - Depuis l’introduction du dépistage du cancer du côlon dans les pharmacies, 25’000 tests de selles ont été remis, permettant ainsi d’éviter certains des 1’600 décès par an dûs au cancer du côlon. Contrairement à une coloscopie, l’analyse des selles est simple et indolore. Elle doit cependant être pratiquée tous les deux ans; c’est pourquoi les pharmaciens attirent à nouveau l’attention sur ce service.

Troisième cancer le plus fréquent en Suisse, le cancer du côlon se développe de manière insidieuse, sans que des symptômes n’apparaissent. Cependant, s’il est décelé suffisamment tôt, il se guérit très bien, d’où l’importance du dépistage, particulièrement chez les personnes en bonne santé dès 50 ans. Actuellement, en Suisse, 800 pharmacies conseillent leurs clients sur le dépistage du cancer du côlon et leur remettent un test de selles. Ceux-ci peuvent alors le réaliser en toute quiétude chez eux puis l’envoyer au laboratoire. Les pharmaciens les contactent ensuite personnellement pour les informer du résultat de l’analyse.

Une analyse de selles tous les deux ans

Lorsque le résultat de l’analyse est négatif, soit qu’il n’a pas mis en évidence la présence de sang occulte dans les selles, il est conseillé de se soumettre à une analyse de selles tous les deux ans. C’est à cette fin que les pharmaciens de Suisse mettent une nouvelle fois l’accent sur le dépistage du cancer du côlon dans le cadre d’une campagne de communication qui se tient de mars à mi-avril. «Cette prestation de conseil est bien accueillie», indique Fabian Vaucher, président de pharmaSuisse. «Les clients apprécient de se faire conseiller sur une thématique de prévention importante à laquelle ils n’auraient pas pensé. Ils aiment également se voir proposer une solution simple. L’essentiel est de se soumettre à une nouvelle analyse de selles tous les deux ans».

Une campagne nationale de dépistage du cancer du côlon réussie

Au cours des deux dernières années, environ 25’000 clients ont reçu une analyse de selles. Chez 7% d’entre eux, l’analyse a mis en évidence la présence de sang occulte dans les selles. À ce jour, l’âge moyen des clients ayant réalisé une analyse de selles est de 60 ans, et la part de femmes s'élève à 61%. Bien qu’il leur ait été possible de passer par leur médecin traitant pour se faire dépister et qu’ils en aient eu l’opportunité au cours des douze derniers mois, de nombreux clients choisissent de recourir à l’offre proposée par leur pharmacie. Les clients dont l’analyse de selles s’est révélée négative reçoivent, pour autant qu’ils le souhaitent, une invitation à réaliser un nouveau test. «Nous souhaitons bien évidemment aussi proposer le dépistage du cancer du côlon à de nouveaux clients, explique Fabian Vaucher. En tant que premier interlocuteur en matière de santé, les pharmacies sont un lieu idéal pour obtenir un entretien-conseil».

La coloscopie est indiquée uniquement en cas de résultat positif

Si le résultat est positif, on oriente le client vers un médecin de famille ou un gastroentérologue. Souvent, une coloscopie est ensuite indiquée, qui permettra de retirer des polypes (les précurseurs du cancer du côlon) ou des tumeurs. En comparaison avec l’analyse de selles, la préparation et la réalisation d’une coloscopie sont relativement contraignantes. En outre, de nombreuses personnes jugent cet examen désagréable, puisqu’il requiert le nettoyage de l’intestin la veille et qu’il nécessite une intervention à l’hôpital.

Le 13 mars 2018. Source : communiqué de presse de pharmaSuisse. Crédits photos : https://www.non-au-cancer-du-colon.ch/medias.html#gallery1

Commentaires (0)







PUBLICITE

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Dernières news