Cancer du sein - Le potentiel cancérigène des sels d'aluminium se confirme


GENEVE - Deux nouvelles études in vitro de chercheurs genevois et britanniques confirment le potentiel cancérigène des sels d'aluminium pour la glande mammaire humaine. Présents notamment dans les déodorants et certaines crèmes solaires, ces produits sont soupçonnés de favoriser le cancer du sein.

Depuis la fin des années soixante, on assiste dans les sociétés industrialisées à une augmentation importante de l’incidence du cancer du sein. Des analyses épidémiologiques montrent que les facteurs de risque identifiés jusqu’à présent - obésité, alcool, tabac, exposition aux hormones estrogène et progestérone - n’expliquent qu’une petite partie de cette hausse.

Le cancer du sein se développe de préférence dans les parties externes de la glande mammaire, à proximité de l’aisselle, où la peau est très fine et perméable. Depuis plusieurs années, des chercheurs travaillent sur l’hypothèse que les sels d’aluminium, présents dans les déodorants et dans certaines crèmes solaires à des concentrations élevées, puissent être parmi les causes recherchées.

Une équipe du Centre d’onco-hématologie d’Hirslanden Clinique des Grangettes à Genève, avec des confrères de l'Université d’Oxford (GB), auteur d'une première étude sur le sujet en 2016, a maintenant analysé in vitro plusieurs aspects du mécanisme d’action de l’aluminium dans la transformation cellulaire.

Déstabilisation du génome

Ces nouvelles expériences permettent de confirmer que les sels d’aluminium sont très rapidement incorporés par les cellules, a indiqué jeudi la clinique genevoise dans un communiqué. Ils causent par ailleurs, dans les 24 heures qui suivent, des altérations importantes dans la structure physique et dans le nombre des chromosomes.

Selon les auteurs, qui évoquent des similitudes avec l'amiante et le tabac, ces résultats indiquent que l’aluminium dirige les cellules mammaires sur la voie de la transformation maligne par un effet rapide de déstabilisation du génome.

Ces observations ont été faites sur des échantillons larges (environ 300 cellules par condition expérimentale) et en incluant dans ces expériences des modèles expérimentaux reconnus en toxicologie réglementaire humaine, précise la clinique. Ces travaux sont publiés dans la revue spécialisée International Journal of Molecular Sciences.

Le 30 septembre 2021. Sources : Keystone-ATS. Crédits photos: Adobe Stock, Pixabay ou Pharmanetis Sàrl (Creapharma.ch).

Offres PUSH

Assistant/e en pharmacie 100% - BENU Lutry
Pharmacien/ne adjoint/e à Lausanne

Les dernières news

Inscrivez-vous à notre Newsletter