Coronavirus - Inquiétude du canton de Vaud face à la stagnation des vaccinations


LAUSANNE - Finie la ruée sur les vaccinations contre le coronavirus dans le canton de Vaud. Inquiètes, les autorités tirent la sonnette d'alarme face à la stagnation des prises de rendez-vous pour un vaccin dans les centres. Elles lancent un appel particulier aux 20-50 ans.

"La vague des vaccinations est passée. Nous observons une chute vertigineuse des réservations depuis quelques jours. Cela nous interpelle et nous inquiète même au plus haut point", a affirmé vendredi à Keystone-ATS Denis Froidevaux, chef de l'Etat-major cantonal de conduite (EMCC).

"Il serait hautement dommageable que l'on revienne à des mesures drastiques cet automne après 18 mois d'efforts et de prix payé", relève-t-il. "Si nous voulons retrouver une vie normale cet automne, il faut se réveiller", lance-t-il.

Se faire vacciner plutôt que tester

Le canton de Vaud constate que les tests rapides antigéniques et PCR ont la cote, actuellement bien plus que les vaccinations. "Seules quelques dizaines de personnes viennent se faire vacciner sans rendez-vous ces jours", déplore M. Froidevaux.

"En revanche, les tests ont du succès, notamment chez les jeunes qui veulent voyager ou se rendre à des manifestations culturelles et festives. Il y a par exemple parfois jusqu'à deux à trois heures de queue au centre de tests de Beaulieu à Lausanne", explique-t-il.

Les autorités tirent donc la sonnette d'alarme. Il faut se faire vacciner plutôt que multiplier les tests. Il manque entre 100'000 et 130'000 personnes à l'appel de la vaccination, selon lui.

Problème d'acceptation du vaccin

Le canton encourage vivement la tranche d'âge des 20-50 ans à se faire vacciner. "Actuellement, le taux de vaccination de cette population est à peine au-dessus de 50%. C'est largement insuffisant", s'inquiète le chef de l'EMCC.

Il souligne en revanche que les chiffres pour les 65 et 75 ans et plus sont "très bons et sous contrôle", avec un taux entre 75 et 80% de personnes vaccinées. Pour les 50-65 ans, le taux est plutôt "bon".

M. Froidevaux admet qu'il y a actuellement un "problème de communication, de compréhension et d'acceptation" liée à la vaccination contre le Covid-19. Selon lui, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) devrait passer à la vitesse supérieure avec une campagne d'affiches plus incisive, ciblant la catégorie des 20-50 ans.

Le 09 juillet 2021. Sources : Keystone-ATS. Crédits photos: Adobe Stock, Pixabay ou Pharmanetis Sàrl (Creapharma.ch).

Offres PUSH

Assistante en pharmacie à 80% (f/h) - CDD - BENU Porrentruy, Porrentruy

Les dernières news

Inscrivez-vous à notre Newsletter