Covid-19 : la protéine spicule (Spike) n'est plus la seule cible


GENEVE - Une équipe internationale pilotée par l’Université de Genève (UNIGE) a trouvé un nouvel angle d'attaque contre le SARS-CoV-2. Une cavité à la surface d'une protéine-clé du virus pourrait servir de cible à de futurs médicaments, selon ces travaux publiés dans la revue eLife.

Le déploiement rapide de nouveaux vaccins et de nouveaux médicaments antiviraux a permis d’endiguer la pandémie de Covid-19, a indiqué mardi l'UNIGE dans un communiqué. Le développement de nouvelles thérapies demeure toutefois impératif compte tenu de l’émergence régulière de nouveaux variants.

Les protéines figurent en première ligne des cibles thérapeutiques. La plus connue est la protéine spicule, qui se situe à la surface du SARS-CoV-2 et lui donne son aspect hérissé. Mais le SARS-CoV-2 fabrique aussi d’autres protéines, dites "non structurales", en utilisant les ressources de nos cellules après y avoir pénétré. Il y en a seize. Elles sont indispensables à la réplication du virus.

Certaines ont été étudiées en profondeur dans le cadre du développement de nouveaux médicaments. D’autres ont reçu moins d’attention. C’est le cas de la protéine Nsp1, faute de cavités évidentes à sa surface qui permettraient l’ancrage d’un potentiel médicament.

Nsp1 bloque sélectivement les ribosomes, c'est-à-dire les usines à protéines de nos cellules, les rendant inutilisables et empêchant ainsi la réponse immunitaire. Parallèlement, via les ribosomes, Nsp1 stimule la production de protéines virales.

Avec des collègues britanniques et espagnols, les scientifiques genevois ont identifié une cavité partiellement cachée à la surface de Nsp1. Ils ont ensuite testé un grand nombre de petites molécules pouvant potentiellement s'y fixer.

Ils en ont identifié une en particulier - appelée 5 acétylaminoindane ou 2E10 - qui a également permis de déterminer l’arrangement spatial des atomes composant la cavité. Des données indispensables qui représentent la base du processus de développement de nouveaux médicaments.

"Ces résultats ouvrent la voie à la mise au point de nouveaux traitements ciblant la protéine Nsp1, non seulement pour lutter contre le SARS-CoV-2 et ses variants, mais aussi contre d’autres coronavirus pour lesquels Nsp1 est présente", conclut Francesco Luigi Gervasio, professeur à l'UNIGE et à l’University College de Londres, cité dans le communiqué.

Le 22 novembre 2022. Sources : Keystone-ATS. Crédits photos: Adobe Stock, Pixabay ou Pharmanetis Sàrl (Creapharma.ch).

Offres PUSH

Assistant/e en pharmacie, Biel

Les dernières news

Inscrivez-vous à notre Newsletter