PUBLICITE

Davantage de médicaments disponibles en droguerie à partir du 1er janvier 2019

PUBLICITE

BERNE - Le 1er janvier 2019, l'approvisionnement de certains médicaments sera libéralisé. En effet, des centaines de médicaments sans ordonnance actuellement vendus en pharmacie seront désormais aussi disponibles en droguerie. La décision a été prise par Swissmedic.

Plus de liste C

Afin de simplifier l'automédication, le Conseil fédéral a décidé de reclasser les médicaments en Suisse. Par exemple, l'ancienne catégorie C (liste C), qui exigeait l'avis d'un médecin ou d'un pharmacien, sera abolie dès début 2019.

Quelque 550 médicaments de la liste C seront déclassés dans la catégorie D, comme l'a annoncé vendredi 16 novembre 2018 Swissmedic, l'autorité des produits thérapeutiques suisses. Il s'agit principalement de médicaments à base de plantes. Pour ces produits, seuls des conseils d'experts sont désormais nécessaires. À l'avenir, les drogueries seront en mesure de fournir tous les médicaments en vente libre.

Il n'a pas encore été décidé quels médicaments seront librement disponibles dans le commerce de détail comme Migros ou Coop sans l'avis d'un spécialiste. Les grands distributeurs comme Migros en particulier attendent avec impatience cette réaffectation.

Sirops contre la toux

Au total, l'autorité, avec la participation d'experts externes, a évalué environ 650 médicaments de l'actuelle catégorie C, dont 22 médicaments vétérinaires. Selon Swissmedic, l'accent a également été mis sur les aspects de l'abus de médicaments et les interactions possibles. Environ 15 % des médicaments testés ont donc été reclassés dans la catégorie B.

Les deux tiers de ces plus de 100 médicaments reclassés en catégorie B contiennent des dérivés d'opiacés (codéine ou dextrométhorphane), c'est-à-dire des substances présentant un potentiel d'abus considérable, telles que celles contenues dans certains médicaments pour la toux. Les médicaments contenant de la codéine ne peuvent être fournis que par des personnes titulaires d'une licence de stupéfiants, ce qui ne s'applique pas aux droguistes.

Selon Swissmedic, il existe également un risque d'interactions graves avec nombre de ces médicaments. Toutefois, les médicaments qui ont été classés dans la catégorie B peuvent encore être remis personnellement et sans ordonnance par les pharmaciens. La condition préalable est une consultation en rapport avec la documentation de la livraison.

Millepertuis

Les préparations à base de plantes contenant les substances actives du millepertuis font exception. Ces stimulants de l'humeur peuvent également causer des interactions graves avec les médicaments sur ordonnance.

Swissmedic considère néanmoins qu'un reclassement dans la catégorie D est justifié, étant donné que certains de ces remèdes sont déjà susceptibles d'être distribués dans les drogueries aujourd'hui et que les droguistes ont déjà été formés en conséquence. Un avertissement sur l'emballage est également destiné à indiquer la nécessité d'un avis d'un spécialiste.

Vente au détail

Dans le cadre de la révision de la loi sur les produits thérapeutiques, Swissmedic examine actuellement 400 médicaments de la catégorie D, qui ne sont actuellement disponibles en pharmacie et en droguerie que sur avis spécialisé. Les produits qui seront disponibles dans le futur en vente libre pour la vente au détail, comme la Migros ou la Coop, devraient être annoncés dans les prochaines semaines.

Le 16 novembre 2018. Sources : ATS-Keystone. Traduit de l'allemand par Xavier Gruffat (pharmacien) à l'aide d'outils de traduction automatique. Remarque : Pharmapro Sàrl est client de l'ATS-Keystone en allemand. Crédits photos et infographies : Adobe Stock.

Commentaires (1)




Pharmapro
23.11.2018 13:29

Vous trouvez les infographies intéressantes ? Suivez-nous sur Instagram pour les recevoir directement sur ce réseau social à la mode : @medpro_pharmapro_romandie



PUBLICITE

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Dernières news