Grand Conseil valaisan - Aide pour les soins dentaires acceptée par les députés valaisans


SION - Le Grand Conseil valaisan a largement accepté jeudi d'octroyer des aides financières pour les soins dentaires à quelque 2500 ménages économiquement modestes. Elles entreront en vigueur en 2025.

Les bénéficiaires de l'aide seront les familles qui touchent une allocation de ménage. C'est pourquoi les députés ont dû s'exprimer sur une modification de la loi d'application de la loi fédérale sur les allocations familiales (LALAFam), révision qu'ils ont donc entérinée jeudi par 116 voix et 12 abstentions.

Tous les groupes politiques ont validé le texte, à l'exception de l'UDC qui s'est abstenue. Le parti a exprimé ainsi son mécontentement après l'acceptation par le plénum de trois amendements portés par Le Centre, Les Verts et la gauche. Ceux-ci demandaient de retirer du texte de loi la mention du montant maximal annuel accordée par ménage, soit 500 francs.

"Nous voulons permettre au Conseil d'Etat de pouvoir ajuster ce montant en fonction de la situation, notamment économique", a expliqué la centriste Laila Cheseaux Baudat. Ce plafond annuel de 500 francs sera toutefois inscrit dans l'ordonnance d'application de la loi, "je m'y engage", a assuré Mathias Reynard, chef du département de la santé, des affaires sociales et de la culture.


Conforme aux finances de l'Etat

Les députés ont en revanche refusé une modification portée par le groupe socialiste, qui demandait que les bénéficiaires de réduction individuelle de primes maladie puissent également toucher une aide "si le budget alloué pour les soins dentaires le permet". "Cela n'est ni réaliste ni raisonnable; nous n'avons pas le budget", a estimé Grégory Logean (UDC).

Un avis partagé par la majorité des députés qui, lors du débat final, ont salué une révision "réaliste" et "conforme aux finances de l'Etat", tout en admettant une certaine "frustration" de ne pas pouvoir aller plus loin dans l'aide apportée.

1,8 million de francs

Au total, le coût des mesures s'élève à 1,8 million de francs. La part des communes se monte à 800'000 francs environ.

Mathias Reynard s'est réjoui de la prise de conscience de tous les partis de la nécessité de ces aides financières. "Une récente étude de l’Observatoire valaisan de la santé indique que 27% des personnes interrogées ont renoncé à des soins dentaires pour des raisons financières", a-t-il rappelé.

Le ministre s'est également réjoui que le plénum valaisan n'ait pas vécu de clivage gauche-droite sur cette question, "à l'inverse d'autres cantons" où cela entraîne "un certain immobilisme".

Acceptée en une seule lecture, cette révision de la LALAFam ne reviendra pas sur la table du Grand Conseil. Elle répondait à l'initiative populaire "Pour la création d'une assurance dentaire cantonale" et à un postulat traité au Grand Conseil en 2018.

Le 14 mars 2024. Sources : Keystone-ATS. Crédits photos: Adobe Stock, Pixabay ou Pharmanetis Sàrl (Creapharma.ch).

Offres PUSH

Pharmacien/ne clinicien/ne, Marin-Epagnier (NE)

Les dernières news

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite du vendredi