INTERVIEW avec le Prof. Christoph Meier, professeur et propriétaire d'une pharmacie


BÂLE - Le Prof. Christoph Meier est professeur à l'Université de Bâle en Pharmacie Clinique et d'Epidémiologie, pharmacien chef à l'hôpital universitaire de Bâle et également propriétaire d'une pharmacie d'officine.

Il livre pour Pharmapro sa vision du métier de pharmacien avec sa vaste expérience acquise dans différentes facettes de la profession.

1. Quelle est la première chose que vous faites quand vous arrivez au travail ?

J'allume mon ordinateur et contrôle mes e-mails. A cause d'une collaboration rapprochée avec un groupe de recherche aux Etats-Unis ainsi que des partenariats sur certains projets avec l'industrie pharmaceutique dans le monde entier, je reçois des e-mails à tout moment de la journée et de la nuit.

2. Quel est votre parcours professionnel (études, postes occupés) en quelques mots ?


J'ai étudié la pharmacie et effectué mon doctorat à l'Université de Bâle, j'ai travaillé ensuite pendant 4 ans à l'Unispital (hôpital universitaire) de Zurich, puis j'ai habité 3 ans à Boston, où j'ai étudié l'épidémiologie et réalisé un post-doctorat (postdoc).

Après mon retour en Suisse j'ai travaillé à 50% dans une pharmacie d'officine et à 50% à l'Université de Bâle, dans laquelle j'ai pu construire un propre groupe de recherche et me suis toujours engagé au niveau de l'enseignement à l'Université.

Il y a 5 ans j'ai été nommé Pharmacien Chef de l'hôpital de Bâle et j'ai obtenu le titre de Professeur dans le Département de Sciences Pharmaceutiques en "Pharmacie Clinique et d'Epidémiologie".

3. Qu'aimez-vous dans le métier de pharmacien ?

Pendant la période où je travaillais comme pharmacien d'officine j'aimais beaucoup le contact avec les clients. Ceux-ci étaient souvent très satisfaits et contents avec des bons conseils et des aides personnalisées, j'avais l'impression qu'on pouvait vraiment favoriser le bien-être du patient et influencer positivement sur la thérapie.

Dans mes fonctions de recherche, qui grâce à des méthodes épidémiologiques permettent d'améliorer la sécurité des médicaments, j'apprécie 3 choses en particulier: le défi intellectuel (effectuer l'étude de façon correcte), l'incertitude et les différents défis (quels résultats on va obtenir) et la collaboration avec de nombreux jeunes chercheurs.

Dans mon rôle de Professeur j'aime beaucoup le sentiment de pouvoir motiver des jeunes et de leur amener des connaissances, je l'espère utiles pour leur futur.

4. Que pensez-vous de cette phrase "Le client/patient est le roi (ou au centre) de toutes les attentions" ?

Dans l'officine cette phrase fait tout à fait sens. Cela dit comme spécialiste nous ne devons pas nous laisser manipuler. J'ai toujours beaucoup aidé et j'ai tout fait pour garantir le meilleur service, mais quand le client essaie de nous emmener sur un terrain illégal ou nous force à pratiquer des rabais trop conséquents, il est important de rester fidèle à ses principes et parfois savoir aussi dire "non".

5. Dans quel domaine le pharmacien peut-il être utile pour la société, autrement dit quelle est la valeur ajoutée du pharmacien en 2014 ?


La pharmacie d'officine est une institution essentielle et un point de contact fondamental pour tout ce qui concerne les médicaments. La force de l'officine repose aussi sur la disponibilité et les compétences du pharmacien ainsi que de toute l'équipe de la pharmacie.

La pharmacie d'officine va prendre aussi toujours plus d'importance et de responsabilité dans l'accompagnement thérapeutique des patients souffrant de maladies chroniques. C'est une tendance déjà prise en compte par le nouveau système de formation.

6. Avez-vous un rêve, une ambition professionnelle ?

Ce serait un rêve qu'en Suisse, la guerre entre pharmaciens et médecins puisse prendre fin (ndlr. dans certains cantons suisse-allemands, les médecins peuvent vendre eux-mêmes les médicaments, cela engendre de nombreux conflits juridiques et politiques). L'objectif est d'aboutir à une saine collaboration entre médecins et pharmaciens, ce qui actuellement semble difficile à cause de certaines tensions.

Les médecins généralistes devraient pouvoir gagner assez d'argent avec leur travail de base, pour éviter qu'ils aient besoin de faire de la pro-pharmacie (vente directe de médicaments). Ce n'est pas une bonne solution qu'un médecin puisse lui-même vendre des médicaments, car il existe clairement des conflits d'intérêt qui peuvent aussi impacter sur le prix des primes de l'assurance maladie. C'est un défi pour la politique nationale de santé, tout comme pour la FMH.

7. Comment voyez-vous l'avenir de la profession, par ex. dans le domaine de la prévention des maladies chroniques, le pharmacien a-t-il un rôle à jouer ?


Oui, le pharmacien peut jouer un rôle important, avec surtout un travail de prévention primaire (Primärprävention en allemand). En cas de prévention secondaire (Sekundärprophylaxe) le potentiel du pharmacien n'est pas encore bien exploité. On pourrait obtenir de très bons résultats avec des modèles innovants, ce qui jusqu'à présent n'a pas été le cas. C'est toutefois souvent davantage un problème politique, voir aussi question 6.

8. Quel est le plus grand défi (challenge) dans la profession de pharmacien ?


Pour les pharmaciens indépendants, l'environnement ne va pas être plus facile. L'érosion des prix et des marges n'a pas encore atteint son plancher le plus bas. Pour les politiciens, s'attaquer au prix des médicaments et les faire baisser reste l'option la plus simple, plutôt que de se tourner vers d'autres problèmes du système de santé.

L'augmentation du travail administratif et bureaucratique de notre société aboutit à la situation où le pharmacien indépendant et entrepreneur consacre toujours plus de temps à ce travail plutôt qu'à son rôle technique de spécialiste du médicament. C'est un développement dangereux.

9. Comment faire pour améliorer la relation et collaboration entre pharmaciens, médecins et autres acteurs du système de santé ?

Dans mes fonctions actuelles de pharmacien chef dans un hôpital et de Professeur pour la Pharmacie Clinique je suis responsable de la mise en place et du développement de la pharmacie clinique, c'est-à-dire la présence régulière de pharmaciens à certains endroits de l'hôpital. L'objectif est de favoriser la collaboration entre pharmaciens, médecins et le personnel soignant, afin de discuter, d'optimiser et de résoudre d'éventuels problèmes thérapeutiques (erreurs de dosage, effets secondaires, interactions...) avant son apparition et de les empêcher. Ce travail contribue à améliorer la sécurité et réduire les coûts.

Cette collaboration fonctionne très bien, les médecins et le personnel soignant reconnaissent et valorisent ce travail. Ils considèrent la présence du pharmacien comme une aide, un complément et une décharge de travail très utile, pour eux il ne s'agit pas d'une concurrence.

Malheureusement, dans le système ambulatoire la situation est bien différente. Un dialogue intensif entre tous les spécialistes impliqués (médecins, pharmaciens, personnel soignant) reste toutefois le seul et unique chemin pour améliorer la thérapie médicamenteuse, afin d'aboutir à une prise en charge optimale du patient.

10. Finalement, vous êtes plutôt thé ou café ?

Le matin au bureau, clairement un café. Dans une froide soirée d'hiver clairement un thé.

Publié sur Pharmapro.ch le 19 juin 2014. Interview réalisé par Dr Patrick Eichenberger en juin 2014, traduction libre de l'allemand par Xavier Gruffat. Découvrez l'interview originale sur de.pharmapro.ch.

Découvrez d'autres interviews avec des pharmaciens

Vous êtes employeur : propriétaire de pharmacie, gérant ou travaillez dans les RH ? Pharmapro.ch est le site suisse leader dans la diffusion d'offres d'emploi pour les pharmacies, vos offres seront lues par un vaste public, l'assurance de recevoir de nombreux CV et de choisir le meilleur candidat. Publiez immédiatement votre offre d'emploi sur pharmapro.ch Découvrez aussi notre système d'abonnement (3, 6 ou 12 mois) qui vous permettra de consulter toutes les demandes d'emploi et de contacter directement les candidats qui vous intéressent.

Vous êtes employé (pharmacien, assistante en pharmacie, droguiste) ? Publiez gratuitement votre demande d'emploi sur Pharmapro.ch, cliquez en haut à gauche sur Devenir membre et suivez la procédure.

Offres PUSH

Assistant/e en pharmacie, Lausanne
Pharmacien/ne responsable, Sion

Les dernières news

Inscrivez-vous à notre Newsletter