PUBLICITE

Mises à jour médicales - semaine 33/2019

PUBLICITE

Retrouvez ici les informations médicales de la semaine à retenir en fonction des dernières études scientifiques, communications officielles et congrès médicaux, article créé en partenariat avec Creapharma.ch.

SEMAINE 33/2019 (mise à jour le 16 août 2019)

15 août 2019

Arthrose
Une équipe de l’Université de Cambridge a montré comment, chez les patients souffrant d’arthrose, le lubrifiant visqueux qui permet habituellement à nos articulations de bouger en douceur déclenche une réaction douloureuse des cellules nerveuses semblable à celle causée par le piment. Cette étude a été publiée le 13 août 2019 dans le journal scientifique Rheumatology (10.1093/rheumatology/kez331). L’équipe a découvert que lorsque les nerfs étaient incubés avec du liquide synovial ostéoarthritique, les nerfs du genou étaient plus excitables. Les nerfs ont également montré une augmentation de la fonction de TRPV1, une molécule qui détecte la chaleur des piments forts (TRPV1 est également activé par la chaleur, ce qui explique le goût du piment fort).
Plus d’informations sur l’arthrose

14 août 2019

Importance des flavonoïdes
Une étude publiée le 13 août 2019 dans Nature Communications a montré que les personnes qui consommaient habituellement des quantités modérées à élevées d’aliments riches en flavonoïdes étaient moins susceptibles de mourir du cancer ou d’une maladie cardiaque. Dans cette étude, avec plus de 53’000 Danois évalués sur une période de 23 ans, l’effet protecteur semblait être le plus fort chez les personnes à risque élevé de maladies chroniques dues au tabagisme et chez celles qui consomment plus de deux verres d’alcool par jour. Les participants qui consommaient environ 500 mg de flavonoïdes totaux par jour présentaient le risque le plus faible de cancer ou de décès lié à une maladie cardiaque.
A lire : 10 aliments riches en flavonoïdes

13 août 2019

Rougeole dans le monde
Au cours du premier semestre 2019, le nombre de cas de rougeole signalés dans le monde était le plus élevé depuis 2006 au cours de la même période. Selon les chiffres préliminaires, près de 365’000 cas de rougeole ont été enregistrés dans 182 pays à la fin du mois de juillet 2019, soit près de trois fois plus qu’à la même période l’an dernier et plus qu’en 2018 dans son ensemble, comme l’a indiqué l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) à Genève. L’Afrique est particulièrement touchée. Mais la maladie se propage aussi rapidement en Europe. “Des millions de personnes dans le monde sont en danger “, selon l’OMS. L’institution recommande aux voyageurs de vérifier leur statut vaccinal. Dès l’âge de six mois, tout le monde devrait être vacciné au moins 15 jours avant de se rendre dans les régions touchées. La rougeole est l’une des maladies les plus infectieuses au monde. Les enfants sont les plus touchés. [avec des informations de Keystone – ATS, Pharmapro.ch – site partenaire de Creapharma.ch – est client de cette agence de presse suisse en allemand]
Plus d’informations sur la rougeole

9 août 2019

Temps devant les écrans chez les enfants et obésité (étude)
Une étude finlandaise a montré que les enfants finlandais qui passent beaucoup de temps devant un écran (ex. TV, téléphone, tablette) ont un risque accru de surpoids et d’obésité abdominale, quelle que soit leur activité physique. L’étude a examiné les liens entre le temps devant un écran et la surcharge pondérale en utilisant les données finlandaises sur la santé des adolescents (Fin-HIT), qui englobent plus de 10’000 enfants de toute la Finlande. Les enfants étudiés avaient entre 9 et 12 ans. Les participants ont notamment fait état du temps passé à regarder des émissions de télévision et des films sur les écrans. La taille, le poids et le tour de taille des enfants ont été mesurés. Les résultats, publiés dans la revue Scientific Reports (DOI : 10.1038/s41598-019-46971-6) ont démontré que le temps de dépistage important est associé à la fois à l’embonpoint et à l’obésité abdominale. Le fait de regarder beaucoup de télévision était également associé à l’embonpoint et à l’obésité abdominale chez les enfants qui faisaient le plus d’exercice. Toutefois et comme le relève dans un communiqué de presse Elina Engberg, chercheuse à l’Université d’Helsinki et Folkhälsan : “Il faut noter que cette étude transversale ne révèle rien sur la causalité. Il se peut que les enfants en surpoids passent plus de temps devant l’écran ou que l’abondance du temps passé à l’écran peut entraîner une surcharge pondérale”.

Alzheimer – déclencheurs précoces de la maladie
Pour la première fois, des chercheurs allemands ont déchiffré le déclencheur cellulaire d’un processus qui survient à un stade très précoce de la maladie d’Alzheimer – bien avant que la personne atteinte n’ait des symptômes. Cela pourrait conduire à des approches thérapeutiques complètement nouvelles. À un stade précoce de la maladie d’Alzheimer, des cellules nerveuses hyperactives apparaissent dans certaines régions du cerveau. La raison en est le glutamate messager du cerveau, qui n’est pas transporté assez vite et surexcite les cellules. La substance reste trop longtemps dans l’espace synaptique entre les cellules, car les molécules bêta-amyloïdes bloquent les membranes des cellules nerveuses pour le transport du glutamate. La bêta-amyloïde est aussi le matériau dont sont faites les plaques, c’est-à-dire les dépôts agglomérés dans le cerveau qui causent les symptômes de la maladie d’Alzheimer. Les chercheurs de l’Université technique de Munich (TUM), dirigés par le professeur Arthur Konnerth, neuroscientifique, et ses doctorants comme Benedikt Zott, ont pu démontrer pour la première fois que l’élimination du glutamate est empêchée non seulement par des plaques mais aussi par une forme précoce et soluble du bêta-amyloïde, les dimères étant constitués de deux molécules.  L’étude a été publiée le 9 août 2019 dans le journal scientifique Science (DOI : 10.1126/science.aay0198). [avec des informations de Keystone – ATS, Pharmapro.ch – site partenaire de Creapharma.ch – est client de cette agence de presse suisse en allemand]

7 août 2019

Coûts très élevés des médicaments aux Etats-Unis
Les 5% des Américains les plus malades représentent au moins 50% de toutes les dépenses de santé, selon une étude de la Kaiser Family Foundation publiée en juillet 2019. Les médicaments sur ordonnance (Rx) absorbent aujourd’hui 40% de toutes les dépenses de santé des patients dont le coût est élevé, comme le résume le site CBSNews. Cela montre un coût des médicaments d’ordonnance disproportionné aux Etats-Unis. Les données soulignent l’importance pour les coûts de santé des médicaments sur ordonnance dans le traitement des personnes atteintes de maladies graves comme le VIH, la sclérose en plaques, la mucoviscidose, la polyarthrite rhumatoïde, le diabète et le cancer.

Le 16 août 2019. Sources : voir sur les liens de Creapharma.ch si les sources ne sont pas mentionnées dans les paragraphes ci-dessus. Crédits photos : Adobe Stock

Commentaires (0)







PUBLICITE

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Dernières news