Pfizer prévoit 34 milliards en 2022 pour ses vaccins Covid-19


NEW YORK - Pfizer prévoit d'écouler en 2022 pour 34 milliards de dollars (à peine moins en francs) de son vaccin anti-Covid, dont il vend désormais une version adaptée au variant Omicron, soit 2 milliards de dollars de plus que prévu jusqu'alors, a annoncé mardi le groupe pharmaceutique.

L'entreprise a en conséquence révisé à la hausse sa prévision de chiffre d'affaires total pour l'année, désormais attendu entre 99,5 et 102 milliards de dollars (contre 98 à 102 milliards auparavant).

Pfizer anticipe parallèlement que la hausse du dollar devrait peser 700 millions de dollars de plus qu'initialement prévu dans ses comptes.

Il n'a en revanche pas modifié ses prévisions de ventes de sa pilule destinée à traiter le Covid-19 (Paxlovid), toujours attendues à 22 milliards de dollars pour l'ensemble de l'année.

Au troisième trimestre, le groupe a vu son chiffre d'affaires baisser de 6% à 22,6 milliards de dollars, notamment en raison du report au quatrième trimestre de livraisons de son vaccin anti-Covid développé avec BioNTech (Comirnaty) dans l'Union européenne et d'autres pays développés, et d'un ralentissement de la demande pour ce vaccin dans les pays émergents.

Aux Etats-Unis, les ventes de Comirnaty ont en revanche bondi de 83% avec la commercialisation de la nouvelle version adaptée à Omicron, autorisée depuis fin août pour les plus de 12 ans.

Sans le vaccin et la pilule anti-Covid, le chiffre d'affaires de Pfizer aurait progressé de 2%.

Le laboratoire a vu son bénéfice net progresser de 6%, à 8,6 milliards de dollars.

Son titre prenait 3% dans les échanges électroniques précédant l'ouverture de la Bourse de New York.

Le patron du groupe, Albert Bourla, a mis en avant le travail sur des vaccins et traitements autres que les deux produits représentant actuellement l'essentiel de son chiffre d'affaires. Il a affirmé que Pfizer prévoyait de lancer jusqu'à 19 produits dans les 18 prochains mois.

M. Bourla a notamment fait état mardi de résultats positifs dans un essai clinique de phase 3 sur l'efficacité d'un vaccin administré aux femmes enceintes pour réduire les risques du virus respiratoire syncytial (VRS), responsable de la bronchiolite, chez les nouveaux-nés.

Le 1 novembre 2022. Sources : Keystone-ATS. Crédits photos: Adobe Stock, Pixabay ou Pharmanetis Sàrl (Creapharma.ch).

Offres PUSH

Assistant/e en pharmacie, Biel

Les dernières news

Inscrivez-vous à notre Newsletter