Pharma - Biogen et Eisai confortent Roche dans son approche d'Alzheimer


ZURICH - Le succès revendiqué mercredi par les laboratoires massachussetais Biogen et tokyoïte Eisai du développement clinique de leur traitement pour l'heure encore expérimental de la maladie d'Alzheimer - le lécanémab - rejaillissait sur leur concurrent rhénan Roche, qui planche sur une approche similaire de ce fléau.

Le lécanémab comme le ganténérumab en phase finale de développement par la multinationale bâloise visent tous deux à combattre l'accumulation de plaques d'amyloïde-bêta dans le cerveau. La présence de ces plaques de petites protéines est considérée comme une cause probable de la maladie d'Alzheimer.

La multinationale rhénane dispose en outre d'un candidat supplémentaire reposant sur cette approche, avec le crénézumab co-développé par sa filiale américaine Genentech et le laboratoire vaudois AC Immune.

Filon prometteur

"La nouvelle du jour est positive pour les patients atteints par la maladie d'Alzheimer, comme pour la validité de la théorie sur les amyloïdes-bêta", note dans un commentaire Stefan Schneider, analyste chez Vontobel. L'expert souligne néanmoins que des différences subtiles existent entre le lécanémab et le ganténérumab, recommandant au passage d'attendre les résultats annoncés pour la fin de l'année en cours des ultimes tests sur l'homme menés par Roche.

Biogen épingle de son côté un deuxième succès en deux ans contre cette affection neurodégénérative. Le laboratoire créé en 1978 à Genève avant d'émigrer outre-Atlantique avait créé l'émoi et la controverse à l'été 2021 avec l'homologation aux Etats-Unis de l'Aduhelm (aducanumab) contre cette maladie qui se caractérise notamment par un déclin cognitif progressif et irréversible.

Symptôme des difficultés à mesurer l'efficacité du traitement, l'Agence européenne des médicaments avait par contre rejeté en décembre dernier la demande d'homologation déposée pour cette substance, découverte initialement par le laboratoire zurichois Neurimmune et ciblant également les agrégats d'amyloïde-bêta. Biogen et Eisai ont depuis retiré en mai le dossier présenté à Swissmedic pour l'Aduhelm.

Ecueils fréquents

Préoccupation croissante des régions à la population vieillissante, la maladie d'Alzheimer constitue l'un des graal de la recherche pharmaceutique actuelle. La méconnaissance des mécanismes précis de son déclenchement et de son évolution ont toutefois conduit de nombreux programmes à échouer à divers stades de développement.

AC Immune et Roche en ont fait l'expérience mi-juin, reconnaissant l'échec d'un volet de recherche clinique sur le crénézumab de la société écublanaise visant à prévenir l'apparition d'une forme héréditaire de la maladie au sein d'une population prédisposée.

Si l'expert de Vontobel se refuse pour l'heure à intégrer de potentiels revenus du ganténérumab dans ses prévisions de chiffres d'affaires pour Roche, il considère aussi que la probabilité d'une homologation a augmenté avec le succès annoncé du lécanémab. Les détenteurs de capitaux semblaient partager cet avis, qui propulsaient en fin de matinée le bon de jouissance Roche (+5,2% à 328,7 francs) en tête d'un SMI en retrait de 0,10%.

Lire un article plus détaillé à ce sujet sur notre site partenaire Creapharma.ch : Alzheimer : un nouvel essai clinique avec un anticorps s’avère prometteur

Le 28 septembre 2022. Sources : Keystone-ATS. Crédits photos: Adobe Stock, Pixabay ou Pharmanetis Sàrl (Creapharma.ch).

Offres PUSH

Assistant/e en pharmacie, Biel

Les dernières news

Inscrivez-vous à notre Newsletter