PUBLICITE

Risque de cancer et téléphone portable, polémique sur une étude sur des rongeurs

PUBLICITE
WASHINGTON Deux agences américaines ont une interprétation différente d'une étude publiée en février 2018. Dans cette étude réalisée par le National Toxicology Program sur environ 3'000 rats et souris, les scientifiques ont remarqué que 2 à 3% des rats mâles exposés à des radiations de téléphones portables de premières générations (2G ou 3G) ont développé une forme mortelle de cancer du cerveau, le gliome malin. Dans le groupe contrôle, sans radiation, aucun mâle n'a développé ce cancer. Les rats femelles n'ont également pas développé de tumeur, malgré une exposition aux radiations. Les rats mâles, mais pas femelles, exposés aux ondes émises par un téléphone portable ont aussi vu une légère augmentation d'une forme de cancer du tissu cardiaque (schwannomes malins).

Pour réaliser leur expérience, les scientifiques ont placé des rats et des souris dans des chambres spéciales et les ont bombardés d'ondes radiofréquence, comme celles émises par les anciens téléphones 2G et 3G, pendant neuf heures par jour jusqu'à une durée de deux ans. On sait qu'un rat ou souris vit en moyenne 2 ans. Les niveaux auxquels les rongeurs ont été exposés étaient beaucoup plus élevés que ceux auxquels les êtres humains sont habituellement exposés. C'est une raison pourquoi l'interprétation de ces résultats pose problème. La plupart des épidémiologistes n'ont pas constaté une augmentation du nombre de cas de gliome malin dans la population humaine. De plus, la nouvelle génération de téléphones portables (4 G, 5G) émet moins d'ondes radiofréquence, ou plutôt selon le New York Times pénètrent moins facilement l'organisme. Ces résultats peuvent toutefois s'appliquer aux personnes qui ont utilisé des téléphones portables dans les années 1990 et 2000. 

Cette étude a coûté au gouvernement américain 30 millions de dollars et a commencé sous la présidence de Bill Clinton. Comme le relève CBSNews, la FDA, l'agence de régulation des médicaments aux Etats-Unis, estime qu'il n'y a pas de raison de s'inquiéter, car ces résultats sur des rongeurs ne s'appliquent pas aux êtres humains. La FDA réagit à l'agence du National Toxicology Program (NTP) qui le jeudi 1er novembre 2018 a modifié la description des résultats de l'étude publiée en février 2018. Elle estime que l'augmentation de la tumeur cardiaque a montré une "évidence claire" du cancer chez les rats mâles. Il y a "quelques preuves" d'un cancer du cerveau. Ce changement est survenu après que le NTP a demandé à des experts externes d'analyser ces résultats.  

Le 5 novembre 2018. Par Xavier Gruffat (pharmacien). Sources : The New York Times, CBSNews.

Commentaires (0)







PUBLICITE

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Dernières news