Suisse : près de deux fois plus de cas d'encéphalite à tiques


BERNE - Cette année 2020, 51 cas d'encéphalite à tiques ont déjà été signalés à l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), soit près de deux fois plus que l'année dernière. La raison de cette augmentation est probablement un printemps chaud et les promenades en forêt pendant le confinement ou semi-confinement lié au Covid-19.

Rien qu'au cours des quatre dernières semaines, l'OFSP a enregistré 34 nouveaux cas d'encéphalite à tiques, selon le bulletin de l'OFSP de mardi (2 juin 2020). Il y a un an, il y en avait eu 17 dans la même période, il y a deux ans - une année record pour les tiques - 25.

Mark Witschi, chef de la section Recommandations de vaccination (en allemand Sektion Impfempfehlungen) de l'OFSP, confirme que le nombre de cas signalés jusqu'à présent est élevé par rapport aux autres années. Il explique cette augmentation par l'interaction entre les conditions météorologiques et le comportement humain.

Par exemple, les chauds mois d'hiver et de printemps ont été optimaux pour la reproduction des tiques. Dans le même temps, le nombre de personnes se trouvant à l'extérieur était plus élevé que les autres années en raison du confinement.

Werner Tischhauser, chercheur sur les tiques à la Haute école spécialisée de Zurich (ZHAW) et co-développeur de l'application de prévention "Tick", confirme cette évaluation. Selon lui, cependant, le comportement humain contribue davantage à la morsure de la tique "que la tique qui attend paresseusement", a-t-il déclaré en réponse à une enquête de l'agence de presse Keystone-ATS.


Plus de piqûres de tiques

La méningo-encéphalite verno-estivale (MEVE) est causée par un virus et peut avoir une évolution sévère. Les tiques ne sont touchées par ce virus que dans certaines régions. Il existe une vaccination protectrice contre la MEVE. L'OFSP recommande cette vaccination à tous les adultes et enfants de plus de six ans qui vivent ou séjournent dans des zones endémiques.

Il n'existe pas de vaccination contre l'autre maladie transmise par les tiques, la maladie de Lyme (voir infographie ci-dessous) ou borréliose. Elle est causée par des bactéries et peut être traitée avec des antibiotiques. Souvent, l'infection passe inaperçue.

Selon le système de signalement Sentinella de l'OFSP, 5200 visites chez des médecins pour des morsures de tiques ont été signalées à la fin du mois d'avril 2020. Les années précédentes, ce nombre n'était que d'environ 2000 dans chaque cas. En revanche, le nombre de cas de maladie de Lyme est resté au niveau de l'année précédente, soit 1300 cas.

Selon M. Witschi, il est tout à fait possible que les chiffres aient été faussés par la période du Covid-19. Cependant, il se peut aussi que la saison des tiques soit arrivée plus tôt en raison d'un printemps chaud.


Le 2 juin 2020. Sources : Keystone-ATS (traduit en partie de l'allemand par un outil automatique de traduction avec la supervision finale de Xavier Gruffat - pharmacien. Pharmapro Sàrl, et ses sites Pharmapro.ch et Medpro.ch, est client de Keystone-ATS en allemand. La news originale est disponible sur Pharmapro.ch en allemand : www.pharmapro.ch/de, dans la rubrique News), Creapharma.ch. Crédits photos: Adobe Stock, Pixabay ou Pharmanetis Sàrl (Creapharma.ch). Crédits infographies : Pharmanetis Sàrl (Creapharma.ch).

Offres PUSH

Assistant/e en pharmacie dans le canton de Vaud
PHARMACIEN-ADJOINT– 80 - 100% (h/f) - BENU Ste Croix, Ste-Croix

Les dernières news

Inscrivez-vous à notre Newsletter