Un outil numérique pour prescrire moins d'antibiotiques aux enfants


LAUSANNE - L'utilisation d'algorithmes pourrait éviter des prescriptions inutiles d'antibiotiques. Une étude-pilote a été menée en Tanzanie et au Rwanda par Unisanté, à Lausanne, et l'Institut tropical et de santé publique suisse (Swiss TPH).

Chaque année, environ 3,3 millions d'enfants meurent d'épisodes de fièvre aigus, en particulier dans les pays à ressources limitées. Le manque d'outils diagnostiques et de guidance clinique pour le personnel de santé de première ligne contribue fortement à cette situation, explique lundi Unisanté et Swiss TPH dans un communiqué.

Plus de six enfants sur dix fréquentant les établissements de soins primaires en Afrique reçoivent un antibiotique alors que deux sur dix seulement en ont besoin. En moyenne, un enfant reçoit ainsi 25 traitements antibiotiques avant l'âge de cinq ans. Or l'utilisation inappropriée des antibiotiques est le principal facteur de la résistance aux antibiotiques, rappelle le communiqué.

Outil prometteur

Le projet DYNAMIC, financé notamment par la Direction du développement et de la coopération suisse (DDC), permet d'aider à la prise en charge des enfants malades. Des algorithmes cliniques ePOCT+, via une application sur tablette, guident le personnel soignant dans la prescription ou non d'antibiotiques.

Selon une étude-pilote, menée en mars auprès de 474 enfants, l'application est prometteuse et a fait chuter les prescriptions de 70% à 13% au Rwanda et de 63% à 19% en Tanzanie. Il s'agissait de la première évaluation de l'outil en situation réelle.

Prise en charge adaptée

L'outil numérique ePOCT+ s'appuie sur l'expérience acquise avec les deux versions précédentes. Il élargit le contenu clinique en l'adaptant aux nourrissons tout comme aux adolescents. Les soignants sont guidés sur les symptômes, les signes et les tests à évaluer afin de déterminer la prise en charge adaptée.

Cet instrument de santé publique a été développé en étroite collaboration avec les gouvernements tanzanien et rwandais, souligne le communiqué. Etape suivante: une étude clinique sera menée durant deux ans dans environ 80 centres de santé en Tanzanie et au Rwanda.

Le 14 juin 2021. Sources : Keystone-ATS. Crédits photos: Adobe Stock, Pixabay ou Pharmanetis Sàrl (Creapharma.ch).

Offres PUSH

Assistante en pharmacie à 80% (f/h) - CDD - BENU Porrentruy, Porrentruy

Les dernières news

Inscrivez-vous à notre Newsletter