Mises à jour médicales - semaine 49/2019


Retrouvez ici les informations médicales de la semaine à retenir en fonction des dernières études scientifiques, communications officielles et congrès médicaux, article créé en partenariat avec Creapharma.ch.

SEMAINE 49/2019 (mise à jour le 4 décembre 2019)

26 novembre 2019

Lien génétique entre l’autisme et la maladie d’Alzheimer (étude)
Les chercheurs croient que l’autisme est causé par des mutations qui surviennent sporadiquement dans l’ovule, le spermatozoïde ou pendant la grossesse. La protéine neuroprotectrice dépendante de l’activité (ADNP) est un gène dominant dont les mutations pendant la grossesse (de novo) sont connues pour causer des déficiences intellectuelles liées à l’autisme. Une nouvelle étude de l’Université de Tel-Aviv a révélé que les mutations de l’ADNP continuent de se produire chez les personnes âgées et s’accumulent dans le cerveau des patients atteints de la maladie d’Alzheimer. La Prof. Illana Gozes qui a mené cette étude explique dans un communiqué : “Nous avons découvert des milliers de mutations dans le cerveau humain vieillissant, en particulier dans le cerveau des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.” Elle poursuit : “Nous avons été surpris de constater un chevauchement important entre les gènes de la maladie d’Alzheimer qui subissent des mutations et les gènes qui influent sur l’autisme, la déficience intellectuelle et les mécanismes associés à la santé du squelette cellulaire et du système de transport. Il est important de noter que le squelette cellulaire/système de transport comprend la protéine Tau, l’une des principales protéines affectées par la maladie d’Alzheimer, qui forment les enchevêtrements neurofibrillaires toxiques.” Des études post-mortem ont indiqué que l’ADNP subit des mutations dans le cerveau vieillissant de personnes souffrant d’Alzheimer. Cette découverte pourrait un jour mener à de nouveaux médicaments. Cette étude a été publiée le 30 octobre 2019 dans le journal scientifique Molecular Psychiatry (DOI : 10.1038/s41380-019-0563-5).
Plus d’informations sur l’autisme - maladie d’Alzheimer

25 novembre 2019

Trouble de la personnalité borderline (TPB) et traumatismes
Un lien fort existerait entre les traumatismes de l’enfance et le trouble de la personnalité limite (TPL), appelé aussi trouble de la personnalité borderline (TPB). C’est ce que les chercheurs ont observé lors d’une étude de l’Université de Manchester, réalisée en collaboration avec le Greater Manchester Mental Health NHS Foundation Trust, publiée dans le journal Acta Psychiatrica Scandinavica le 18 novembre 2019. Parmi les expériences pénibles vécues et évoquées par les personnes atteintes de TPL figurent la négligence physique, la violence psychologique, la violence physique, la violence sexuelle et la négligence psychologique.
Lire davantage

16 novembre 2019

Vaccination contre la rougeole obligatoire en Allemagne
Dès mars 2020, la vaccination contre la rougeole sera obligatoire en Allemagne. En effet, une nouvelle loi a été adoptée dans ce sens le 14 novembre 2019 par le parlement allemand. Si les parents ne vaccinent pas leurs enfants contre la rougeole, ils peuvent être sujets à une amende pouvant aller jusqu’à 2500 euros, comme l’informent le journal The New York Times et Franceinfo. Avant de commencer l’école, les parents devront montrer que l’enfant a été vacciné contre la maladie. En 2018 l’Allemagne a compté 501 cas de rougeole et déjà 400 en 2019. Le virus de le rougeole gagne du terrain dans le monde à cause surtout d’une couverture vaccinale insuffisante. En France, la vaccination contre la rougeole est devenue obligatoire depuis le 1er janvier 2018 pour tous les enfants nés dès l’année 2018.
Plus d’informations sur la rougeole

15 novembre 2019

Epidémie de diabète dans le monde
Dans le monde, il y avait environ 463 millions d’adultes souffrant de diabète en 2019, soit 9,3% de la population mondiale adulte, selon l’Atlas du Diabète de l’Internal Diabetes Federation (plus d’infos : lien valable le 16 novembre 2019) basée à Bruxelles en Belgique. Comparé à 2017, il y avait 38 millions en plus d’adultes qui souffraient de diabète qu’en 2019. Ce rapport a été publié le 14 novembre 2019, à l’occasion de la journée mondiale du diabète. Ce rapport de 2019 indique que plus de la moitié (50,1%) ou 231 millions d’adultes sont non diagnostiqués, autrement dit, ils ne savent pas qu’ils sont atteints de la maladie. Le diabète de type 2 représente environ 90% de toutes les personnes atteintes de diabète.
Plus d’informations sur le diabète

14 novembre 2019

Bronchiolite, nouvelles recommandations en France
Les nouvelles recommandations de la Haute autorité de santé (HAS) française publiées le jeudi 14 novembre 2019 indiquent que les séances de kinésithérapie respiratoire, massivement prescrite en cas de bronchiolite aiguë du nourrisson, ne serait pourtant pas efficace chez les enfants de moins de 12 mois. Plus précisément, la HAS estime que les techniques de kinésithérapie respiratoire traditionnelles comme le clapping ou la vibration par exemple sont contre-indiquées lors de bronchiolite aiguë.
De manière générale, l’HAS préconise plutôt une prise en charge basée sur « le lavage de nez régulier et la surveillance des signes d’aggravation ». En France, la bronchiolite aiguë du nourrisson concerne environ 480’000 enfants chaque hiver.
Plus d’informations sur la bronchiolite (Creapharma.ch)Sur le site de la HAS

13 novembre 2019

Résistance aux antibiotiques, 35’000 morts aux Etats-Unis par année
Aux États-Unis, environ 35’000 personnes meurent chaque année de germes résistants aux antibiotiques. Il y a un total de 2,8 millions d’infections causées par des agents pathogènes qui ne peuvent être tués même avec des antibiotiques modernes, selon un communiqué de l’autorité sanitaire américaine CDC publié le 13 novembre 2019. La bactérie intestinale la plus dangereuse Clostridioides difficile est responsable à elle seule de 12’800 décès. “Certains remèdes miracles ne font plus de miracles, dit le rapport. Alors que le nombre de décès dans les hôpitaux – un refuge pour les agents pathogènes résistants – a diminué, le nombre de cas en dehors des cliniques ou hôpitaux a augmenté. Les médecins parlent de résistance aux antibiotiques lorsque les patients ne réagissent pas à un antibiotique, c’est-à-dire lorsque les germes pathogènes ne sont pas détruits par l’antibiotique. La résistance peut se développer si certains agents pathogènes survivent à l’utilisation d’antibiotiques. Ils pourraient alors résister à tous les antibiotiques qui ont déjà agi contre eux. Les patients qui en sont infectés ont alors souvent peu de chances de guérison.
[avec des informations de l’agence de presse Keystone – ATS, Pharmapro.ch, site partenaire de Creapharma.ch, est client de cette agence de presse suisse en allemand, informations récoltées sur le site de l’OCDE – lien valable le 7 novembre 2019]
Plus d’informations sur les résistances aux antibiotiques

11 novembre 2019

Nouveau médicament contre Alzheimer enregistré en Chine
En général, le monde scientifique et médical se tourne principalement vers le plus grand marché au monde des médicaments, les Etats-Unis et sa célèbre FDA (agence américaine de régulation des médicaments) en ce qui concerne les nouveaux médicaments. Signe des temps peut-être, un nouveau médicament qui semble très innovant contre la maladie d’Alzheimer vient d’être enregistré dans la 2ème plus grande économie au monde, la Chine. En effet, les autorités chinoises à travers son agence (National Medical Products Administration) ont approuvé le 2 novembre 2019 la mise sur le marché de l’oligomannate (en anglais aussi : oligomannate) contre la maladie d’Alzheimer d’intensité légère à modérée et l’amélioration des fonctions cognitives. Il s’agit du premier nouveau médicament contre Alzheimer approuvé pendant ces 20 dernières années dans le monde, vendu sous forme de gélules. L’oligomannate est basé sur les algues marines, au niveau chimique il s’agit d’un mélange d’oligosaccharides acides et linéaires. Le développement de l’oligomannate a été inspiré par la fréquence relativement faible de la maladie d’Alzheimer chez les personnes âgées qui consomment régulièrement des algues marines. Un essai clinique a démontré son efficacité dans le traitement des formes légères à modérées de la maladie d’Alzheimer et pourrait même améliorer la fonction cognitive. Le médicament n’est pas encore homologué en Suisse, comme le relève le site suisse sur la santé Pharmawiki.ch. Une étude clinique de phase III devrait être réalisée en 2020 afin d’enregistrer le médicament dans d’autres marchés que la Chine. L’oligomannate normalise l’équilibre perturbé de la flore intestinale (le microbiome) qu’on retrouverait dans la maladie d’Alzheimer et réduit les dépôts des plaques bêta-amyloïdes et l’hyperphosphorylation tau. Selon Pharmawiki.ch qui se base une étude de Wang X. et al de 2019 (DOI : 10.1038/s41422-019-0216-x), la production accrue des acides aminés alanine et isoleucine par le microbiome intestinal modifié entraîne une différenciation et une prolifération accrues des cellules T auxiliaires et une invasion de ces cellules immunitaires dans le cerveau. [avec des informations de pharmawiki.ch, The Economist, South China Morning Post]
Plus d’informations sur la maladie d’Alzheimer

7 novembre 2019

Coûts de la santé en Suisse, 2ème après les Etats-Unis (OCDE)
En Suisse, les coûts des soins de santé continuent d’augmenter, encore plus vite que le produit intérieur brut (PIB). C’est le résultat d’une étude de l’OCDE publiée le jeudi 7 novembre 2019. Sur les 36 pays membres, la Suisse est le deuxième pays qui dépense le plus pour la santé, après les Etats-Unis. Selon l’OCDE, le nombre croissant de maladies chroniques, qui peut également être attribué au vieillissement de la population, est l’un des facteurs de coûts du système de santé. Ce sont les Etats-Unis qui ont dépensé de loin le plus pour la santé en 2018 : 16,9% du PIB, la Suisse se classe deuxième avec 12,2% et l’Allemagne ainsi que la France sont troisième avec 11,2%. La Belgique dépense 10,4% de son PIB pour la santé. La Turquie avec 4,2% du PIB consacré à la santé est loin derrière parmi les 36 pays membres de l’OCDE, le dernier du classement est en fait l’Indonésie avec seulement 3,1% du PIB pour les dépenses de santé.
[avec des informations de l’agence de presse Keystone – ATS, Pharmapro.ch, site partenaire de Creapharma.ch, est client de cette agence de presse suisse en allemand, informations récoltées sur le site de l’OCDE – lien valable le 7 novembre 2019]

4 novembre 2019

Allergie à la pénicilline, pas toujours le cas
Un grand nombre des patients qui se disent allergiques à la pénicilline seraient simplement concernés par un effet secondaire qui ne risque pas de se reproduire. C’est ce que Christopher M. Bland, professeur clinicien agrégé au Collège de pharmacie de l’Université de Géorgie (Etats-Unis) a déclaré lors d’une recherche présentée début octobre 2019 à IDWeek. Le chercheur et son équipe ont constaté que la moitié des personnes qui ont eu une réaction allergique à la pénicilline n’étaient plus allergiques quelques années plus tard. Ces résultats permettraient l’usage d’un antibiotique de type pénicilline pour la plupart des patients, ce qui présente de nombreux avantages, car la pénicilline reste l’antibiotique le plus efficace disponible, avec le moins d’effets secondaires possible. Les résultats de ces recherches ont été publiés dans Open Forum Infectious Diseases.
Plus d’informations sur cette étude (sur Pharmapro.ch, avec en bas de l’article les références)

3 novembre 2019

Les virus de la rougeole agissent comme immunosuppresseurs (étude)
Les virus de la rougeole effacent une partie de la mémoire immunitaire, autrement dit ces virus semblent agir comme immunosuppresseurs. Les infections de rougeole ne sont pas toujours inoffensives, elles peuvent causer de graves complications pouvant être parfois mortelles. On sait que les virus de la rougeole affaiblissent le système immunitaire de la personne malade contre d’autres agents pathogènes. Une rougeole, par exemple, entraîne souvent d’autres infections comme la pneumonie bactérienne ou des infections de l’oreille moyenne (ex. otite). Cela signifie que les personnes touchées sont plus susceptibles d’être infectées par d’autres agents pathogènes que la rougeole. Des chercheurs de l’Institut Paul Ehrlich à Langen en Allemagne, en collaboration avec des experts de Grande-Bretagne et des Pays-Bas, ont étudié les mécanismes menant à cette immunosuppression. Les chercheurs ont remarqué que la composition génétique et la diversité des cellules B-mémoire (des cellules du système immunitaire) étaient stables chez les personnes non infectées par la rougeole et chez les personnes vaccinées. Mais la diversité des cellules immunitaires chez les personnes infectées par la rougeole était en partie gravement altérée. De plus, les chercheurs ont trouvé des preuves d’une altération de la maturation des cellules B. “La vaccination contre la rougeole n’est pas seulement importante pour la protection contre les virus de la rougeole, elle protège aussi contre l’apparition ou la progression grave d’autres maladies infectieuses “, a expliqué dans un communiqué Klaus Cichutek, Président de l’Institut Paul Ehrlich. Cette étude a été publiée le 1er novembre 2019 dans le journal scientifique Science Immunology (DOI : 10.1126/sciimmunol.aay6125).
[avec des informations de l’agence de presse Keystone – ATS, Pharmapro.ch, site partenaire de Creapharma.ch, est client de cette agence de presse suisse en allemand]
Plus d’informations sur la rougeole

Le 4 décembre 2019. Sources : voir sur les liens de Creapharma.ch si les sources ne sont pas mentionnées dans les paragraphes ci-dessus. Crédits photos : Adobe Stock

Les dernières news

Inscrivez-vous à notre Newsletter