PUBLICITE

Les pharmacies californiennes sont encore peu nombreuses à proposer la contraception

PUBLICITE

BERKELEY - Une nouvelle étude a montré que seulement 11% des pharmacies communautaires (en Suisse on pourrait parler aussi de pharmacie d'officine) délivrent des contraceptifs comme la pilule. Une nouvelle loi a pris effet en Californie l’année dernière (2016) permettant aux pharmaciens de délivrer des contraceptifs sans avoir besoin d'une ordonnance. Mais actuellement peu de pharmacies de l’État de Californie offrent ce service, selon un récent travail de recherche de la prestigieuse Université de Californie à Berkeley.

Détail

Une étude, publiée le 12 décembre 2017 dans la revue scientifique Journal of the American Medical Association (DOI : doi:10.1001/jama.2017.15674), a montré que seulement 11% des plus de 5000 pharmacies à base communautaire de l'état de Californie proposaient la contraception à leurs clientes. Parmi celles qui le font, la grande majorité (68%) facture ce service.

« Nos résultats révèlent que plus de pharmacies ont besoin d’offrir ce service pour tenir leur promesse d’un accès généralisé et plus facile à la contraception », a déclaré l’auteur principal de l’étude Anu Manchikanti Gomez (photo en haut à gauche), professeur adjoint de bien-être social et directeur du Sexual Health and Reproductive Equity Program de l'UC Berkeley.

Directement chez le pharmacien

Adoptée en 2013 et mise en œuvre en avril 2016, la législation vise à faciliter l’accès à la contraception chez les femmes, notamment pour les pilules contraceptives, les patchs, les anneaux (rings) et les injections, en les obtenant directement d'un pharmacien sans avoir à consulter d'abord un médecin, offrant ainsi aux femmes plus de moyens d'éviter les grossesses non désirées.

La loi n'exige pas que les pharmaciens prescrivent la contraception, mais elle espère les encourager. Les partisans soutiennent qu'un accès élargi à la contraception est nécessaire pour les femmes à faible revenu, en particulier celles des zones rurales qui n'ont pas les moyens de payer les visites chez le médecin et pour les adolescentes qui sont gênées de demander à leur famille une prescription pour une méthode contraceptive.

Alors que l'assurance couvre toujours le coût de la contraception elle-même, les pharmacies peuvent facturer des frais aux patientes pour les services liés à la contraception puisque les assureurs ne sont actuellement pas tenus de les rembourser.

4 états

La Californie, l'Oregon, le Colorado et le Nouveau-Mexique sont les quatre états américains qui permettent actuellement aux pharmaciens de prescrire (ou délivrer) la contraception une fois qu'ils ont été formés sur les risques potentiels pour la santé des patientes et sur la manière de les conseiller.

Structure de l'étude

Pour mieux comprendre la portée de la contraception prescrite ou délivrée par les pharmaciens, les chercheurs de l'UC Berkeley ont mené des sondages téléphoniques auprès d'un échantillon représentatif de plus de 1000 pharmacies licenciées en Californie entre février et avril 2017. La plupart des pharmacies étaient situées dans des zones urbaines et affiliées à des chaînes de pharmacie comme CVS et Safeway.

Les scientifiques ont demandé au personnel de la pharmacie s'ils offraient la contraception sans prescription médicale. S'ils disaient qu'ils l'avaient fait, les enquêteurs ont posé des questions sur les types de contraception disponibles et les frais de service.

Seulement 1 sur 11

Les résultats ont montré qu'un pharmacien sur onze délivrait la contraception avec les pilules contraceptives (77%), les anneaux vaginaux (40%), les patchs (38%) et la contraception injectable (9%). Parmi les pharmacies offrant des services de contraception, environ 68 % avaient fixé des frais de service compris entre 40 et 45 dollars (USD), selon l'étude.

"Même lorsque la contraception est disponible dans les pharmacies, elle peut ne pas être économiquement abordable en raison des frais", indique l'étude.

La contraception est généralement obtenue en Californie suite à une ordonnance d'un médecin ou d'un autre professionnel de la santé. La loi sur les soins abordables (en anglais Affordable Care Act) exige de la part des régimes d'assurance privés de couvrir la contraception, même si les entreprises ayant des objections religieuses ou morales peuvent refuser. Une loi adoptée en 2017 exige que Medi-Cal (insitution de santé californienne) rembourse les pharmaciens qui proposent la contraception pour les services qu'ils fournissent d'ici 2021.

Le 15 décembre 2017. Par la rédaction de Pharmapro.ch (supervision scientifique : Xavier Gruffat - pharmacien). Source : communiqué de presse de l'étude en anglais. Référence étude avec no DOI : 10.1001/jama.2017.15674
Crédits photos : Fotolia.com, Université de Berkeley (communiqué de presse) 

Commentaires (0)







PUBLICITE

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Dernières news