PUBLICITE

Si le médecin est une femme, les patientes victimes d'une crise cardiaque meurent moins souvent

PUBLICITE

TAMPA - Une femme qui souffre d'une crise cardiaque (infarctus du myocarde) et qui est traitée par une femme médecin a plus de chances de survie qu'un médecin qui est un homme. C'est ce qu'a montré une analyse de plus de 500'000 patients aux États-Unis.

"Il y a eu un effet significatif et positif sur le taux de survie", selon une étude publiée lundi 7 août 2018 dans la revue Proceedings of the National Academy of Science (DOI : 10.1073/pnas.1800097115).

Dans cette étude, les scientifiques de l'Université d'Harvard aux Etats-Unis ont utilisé les données de plus de 500'000 patients qui ont été traités entre 1991 et 2010 pour une crise cardiaque dans les salles d'urgence de Floride. Selon ce travail de recherche, le taux de mortalité a été réduit de 5,4 % si les femmes étaient traitées par des femmes médecin. Au total, près de 12% de tous les patients traités aux urgences pour une crise cardiaque sont morts.

Les scientifiques ont fourni une explication : "La plupart des médecins sont des hommes, et les médecins masculins semblent avoir des problèmes avec le traitement des patientes". Mais pas pendant toute la carrière - plus le nombre de femmes déjà traitées par un médecin était élevé, et moins le nombre de patients mourrait. Les chercheurs ont préconisé l'emploi d'un plus grand nombre de femmes médecins dans les salles d'urgence.

Des symptômes peu spécifiques

Il faut savoir que les symptômes de la crise cardiaque sont différents entre l'homme et la femme. On entend souvent qu’une douleur violente et intense dans la poitrine irradiant dans le bras et l’épaule gauche est le signe typique de la crise cardiaque. C’est en grande partie vrai chez l’homme, mais la femme présente souvent des symptômes peu spécifiques, éloignés de ceux de l’homme. Les médecins et le personnel soignant sont souvent formés pour détecter et identifier ces symptômes masculins, en conséquence les femmes passent souvent "sous les radars".

Chez la femme, les symptômes de l’infarctus du myocarde sont dans 70% des cas peu marqués au niveau de l’intensité et se manifestent par exemple sous forme de mal de dos, de troubles du sommeil, des douleurs dans le cou et la mâchoire, de fatigue, de brûlure d’estomac ou de nausées et vomissements. Ces symptômes peu spécifiques qui ressemblent à une crise d’angoisse, sont souvent confondus avec d’autres maladies.

Lire davantage sur l'infarctus du myocarde sur notre site partenaire Creapharma.ch

Le 8 août 2018. Sources : ATS, Creapharma.ch. Adapté et traduit par Xavier Gruffat (Pharmacien). Référence étude : Proceedings of the National Academy of Science (DOI : 10.1073/pnas.1800097115).

Remarque : Pharmapro Sàrl est client de l'ATS-Keystone en allemand. Crédits photos et infographies : Fotolia.com.

Commentaires (0)







PUBLICITE

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Dernières news