PUBLICITE

Suisse : après une crise cardiaque, peu de patients suivent leur traitement

PUBLICITE

ZURICH - Après une crise cardiaque, les patients reçoivent des médicaments pour prévenir d'autres complications. Cependant, comme le montre une nouvelle étude, de nombreuses personnes en Suisse ne prennent pas leurs comprimés régulièrement. Autrement dit, l'adhérence aux médicaments est plus basse que ce que l'on pensait.

Adhérence très basse aux bêta-bloquants

En Suisse, une grande partie des patients victimes d'une crise cardiaque (infarctus du myocarde) ne prennent apparemment pas les médicaments prescrits à titre préventif après une hospitalisation. Telle est la conclusion d'une étude menée par la caisse d'assurance maladie Helsana et l'hôpital universitaire de Zurich. Selon l'étude, les patients sont particulièrement enclins à prendre des bêta-bloquants : seulement environ un patient sur huit (près de 12 %) en prend régulièrement comme prescrit.

Mais même avec d'autres médicaments comme les statines ou les inhibiteurs de l'ECA (des hypotenseurs), environ un quart à la moitié des patients n'adhèrent pas à une prise régulière. Cette étude a été publiée le 24 décembre 2018 dans le journal Clinical Therapeutics (DOI : 10.1016/j.clinthera.2018.11.012).

Très faible adhérence lors d'association de médicaments

Selon l'étude, l'aspirine ou un autre inhibiteur de la coagulation sanguine comme le ticagrelor, le prasugrel ou le clopidogrel sont les patients ayant la plus forte proportion de patients fidèles au traitement, soit près de 90%. Le groupe le plus défavorisé était celui qui devait prendre au moins trois comprimés différents, par exemple des statines, des bêta-bloquants, des inhibiteurs de l'ECA et des inhibiteurs de la coagulation sanguine. Seuls 4,5 à 7% d'entre eux environ adhéraient correctement aux médicaments.

L'équipe de chercheurs dirigée par Carola Huber d'Helsana et Thomas Rosemann de l'hôpital universitaire de Zurich a évalué les données anonymes de la caisse d'assurance maladie sur plus de 4000 patients qui ont reçu leur congé de l'hôpital après une crise cardiaque entre 2012 et 2015. Sur la base des achats remboursés des médicaments, les scientifiques ont pu déduire si les patients en avaient toujours assez chez eux et, par conséquent, dans quelle mesure ils étaient fidèles au traitement.

En tant que "fidèles à la thérapie", les scientifiques ont évalué les patients qui recevaient suffisamment de médicaments par an pour pouvoir prendre au moins 80% du temps la dose quotidienne correctement. Tous les autres n'ont évidemment pas suivi la thérapie de si près parce qu'ils ne semblaient pas prendre les médicaments régulièrement et les recevaient donc moins souvent.

L'âge et le sexe jouent un rôle

"Nous avons été surpris de constater que le taux de conformité était inférieur à ce que l'on pensait auparavant ", a déclaré Mme Huber dans une interview accordée à l'agence de presse Keystone-ATS. L'analyse a montré que les personnes âgées, en particulier, n'adhéraient pas aussi strictement à la prise de médicaments. Chez les personnes de plus de 85 ans, la proportion de patients qui sont demeurés fidèles au traitement était particulièrement faible, dans tous les groupes de médicaments.

Des différences selon le sexe ont également été constatées : une plus grande proportion de femmes que d'hommes adhéraient aux bêta-bloquants. Par contre elles prenaient moins de statines, selon les recommandations du médecin, que les hommes.

Toutefois, les chercheurs soulignent que leurs données sont une indication indirecte de la consommation de médicaments et que les données analysées sont limitées. Par exemple, ils ne contiennent pas d'informations sur les effets secondaires qui auraient pu décourager les patients de prendre certains médicaments ou de les prendre régulièrement.

Un meilleur suivi est nécessaire

"Bien que nous ne puissions pas déduire les raisons exactes de la faible conformité de nos données, nous soupçonnons plusieurs causes ", a déclaré Mme Huber à la demande de de l'agence Keystone-ATS. En plus des effets secondaires possibles, une communication inadéquate entre le patient, le médecin généraliste et le cardiologue, ainsi qu'un manque d'information, pourraient jouer un rôle. Le problème peut aussi résider dans le fait que les patients atteints d'autres maladies devaient prendre trop de médicaments, ce qui serait préjudiciable à leur santé.

Les chercheurs préconisent donc une meilleure communication entre les différents acteurs et un meilleur suivi après l'hospitalisation. "Des mesures telles que les messages de rappel sur les téléphones portables ou les appels téléphoniques pourraient également contribuer à améliorer l'observance thérapeutique ", a déclaré Mme Huber.

Efficacité des médicaments

L'analyse a également confirmé que l'utilisation régulière des médicaments préventifs est bénéfique : les patients victimes d'une crise cardiaque qui ont suivi le traitement présentaient donc un risque réduit d'autres problèmes cardiaques graves et un taux de mortalité inférieur en général par rapport à ceux qui n'y ont pas suivi le traitement.

Rôle du pharmacien

Pharmapro.ch a contacté Mme Huber par e-mail afin de savoir si le rôle du pharmacien a été pris en compte dans cette étude. Voici sa réponse : "Dans cette étude, nous n'avons pas examiné explicitement le rôle des pharmaciens. À cet égard, nous ne pouvons faire aucune déclaration."

Remarque de Pharmapro

Les pharmaciens possèdent des connaissances spécialisées sur les médicaments et sont conscients de l'importance de l'observance du traitement. Il existe divers services pharmaceutiques qui peuvent aider les patients à prendre leurs médicaments tels que prescrits : d'abord et avant tout, bien sûr, un conseil personnalisé. Si l'on prend du temps pour un patient et qu'on lui explique de façon sensible et compréhensible pourquoi le médicament doit être pris, l'observance du traitement augmente considérablement. Si un patient ne comprend pas le sens et le but du traitement, l'adhésion au traitement diminue souvent énormément (Lee JK. JAMA 2006;296(21) : 2563-71).
D'autres options sont également disponibles, telles que la fourniture d'un système de dosage hebdomadaire, des services de rappel par SMS ou un contact personnel par la pharmacie. La coopération interdisciplinaire entre les pharmaciens, les médecins et éventuellement d'autres professionnels de la santé est essentielle pour que les médicaments soient pleinement efficaces.

Le 22 janvier 2019 (article mis à jour le 24 janvier 2019 à 17h00). Par Angelika Jacobs, Keystone-ATS (article original en allemand), Dr. Patrick Eichenberger (dernier paragraphie), Xavier Gruffat pour l'interview avec Mme Huber. Traduit de l'allemand par Xavier Gruffat (pharmacien) à l'aide d'outils de traduction automatique, quelques phrases ont été changées par rapport à la version originale en allemand sans en modifier le sens général. Remarque : Pharmapro Sàrl est client de Keystone-ATS en allemand.
Référence étude : Clinical Therapeutics (DOI : 10.1016/j.clinthera.2018.11.012).
Droits d'auteur photos : Adobe Stock

Commentaires (0)







PUBLICITE

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Dernières news