Interview avec la blogueuse Pharmama (2020)

« Nous devrons rendre notre travail indépendant du prix des médicaments »


LENZBURG - Pharmama.ch est une blogueuse et pharmacienne à succès en Suisse allemande. Elle travaille depuis de nombreuses années dans une pharmacie du nord de la Suisse. Elle reste anonyme pour avoir plus de liberté, mais Pharmapro.ch sait qu'elle est bien pharmacienne. Son ancrage dans une pharmacie d'officine et son travail presque de journaliste avec son blog rendent son point de vue très intéressant pour l'ensemble de la profession. Pharmapro.ch lui a posé quelques questions en ce début 2020 sur l'avenir du métier de pharmacien pour la prochaine décennie, le prix très élevé des nouveaux médicaments qui font polémiques et posent de sérieux problèmes aux pharmacies, l'entrée en force du plus grand employeur privé de Suisse dans le monde de l'officine ou encore sur la vaccination. 

Xavier Gruffat (Pharmapro.ch) - J'ai l'impression que vous bloguez un peu moins souvent qu'il y a quelques années, mais peut-être avec des articles plus longs et plus intéressants. Est-ce correct ?
Pharmama - C'est vrai, je ne blogue plus aussi souvent - en fait, je devrais changer le slogan du blog "à lire une fois par jour" ? Il y a plusieurs raisons à cela : certains sujets reviennent ou se répètent - et je ne suis pas une fan de la répétition. Il y a encore beaucoup de choses à bloguer comme sur les patients (de la pharmacie) ou sur le système de santé en constante évolution.
En fait, cela change si rapidement que je pense que beaucoup de patients ne le savent pas - et même les pharmaciens ont du mal à se tenir au courant. Il en résulte sur mon blog alors parfois des posts ou billets plus longs sur des sujets que tout le monde ne trouve peut-être pas aussi passionnants que les échanges ou histoires avec les patients, mais qui sont néanmoins importants.
En outre, il y a d'autres priorités pour moi - notre fils  (Junior) est maintenant à l'école secondaire. Mes parents vieillissent. Quand je ne travaille pas à la pharmacie, je veux passer plus de temps à la maison avec la famille. Il y a moins de temps pour bloguer.

Début 2020 est l'heure d'un petit bilan. Nous venons d'entrer dans une nouvelle décennie, qu'avez-vous remarqué dans les pharmacies suisses dans les années 2010, comparé peut-être aux années 2000 ? 
En bref, je vois ici les changements intervenus ces dernières années : les médicaments génériques, les économies de l'OFSP et des caisses maladie qui affectent les pharmacies, les problèmes de livraison et des médicaments incroyablement chers.
D'une part, la question des génériques s'est imposée : maintenant, le public sait aussi que cela existe et ce que c'est. D'autre part, on accorde actuellement plus d'attention au prix des médicaments qu'à toute autre sujet. Même les médicaments "normaux" ne sont plus les moteurs des prix dans le système de soins de santé, ce sont les nouveaux médicaments très, très chers sur le marché, qui n'existaient pas de cette façon il y a 20 ans. Malheureusement, tout cela est relié. Par conséquent, tous les efforts pour économiser de l'argent semblent ne concerner que les médicaments vendus à la pharmacie d'officine - à tel point que nous nous rendons déjà compte qu'en raison des réductions de prix, il n'est plus intéressant pour certaines entreprises de fournir leurs médicaments sur le petit marché suisse. En outre, la production de principes actifs est centralisée dans quelques endroits en Asie (ndlr. Chine ou Inde), où elle est moins chère. Cela s'est déjà avéré problématique. Si des problèmes de qualité sont détectés ou s'il y a un incendie, un tremblement de terre, une inondation ou l'actuelle épidémie de coronavirus, les effets se feront bientôt sentir dans le monde entier et aussi ici en Suisse.

Et si on continue dans la logique de la question précédente, qu'attendez-vous pour cette décennie (2020 à 2029) pour les pharmacies suisses ? 
Il est tout à fait prévisible qu'en raison des changements mentionnés ci-dessus, nous devrons rendre notre travail indépendant du prix des médicaments. Nous devons changer - passer du distributeur de médicaments au véritable prestataire de services dans le système de santé. Nous sommes sur le point de changer. Le problème sera que notre travail, la fourniture correcte de médicaments et de services de santé à la population, sera rémunéré de manière à ce que la pharmacie puisse continuer à exister.

J'ai l'impression que le marché des pharmacies suisses connaîtra des changements importants en 2020, en particulier avec l'entrée en force de Migros dans le secteur des pharmacies (avec les Pharmacies/Apotheken Medbase - anciennement Topwell - et Zur Rose in-shop de Migros), quelle est votre position à ce sujet ? Que peuvent faire les pharmacies indépendantes ?
Je pense qu'un regroupement des forces est important dans ce domaine. Les "combattants solitaires" auront des difficultés à l'avenir. Et ceux qui ont "arrêté en route", n'ont pas suivi de formation complémentaire et n'ont pas acquis les nouvelles qualifications (compétences) nécessaires périront. Cela peut prendre quelques années de plus, mais cela viendra. PharmaSuisse l'a reconnu et soutient maintenant aussi très activement les groupements et les chaînes. Ceux qui ne veulent pas se joindre à une chaîne peuvent se joindre à un groupement. Avantages : acheter ensemble, négocier les conditions, faire de la publicité ensemble, suivre à plusieurs des cours de formation continue et aider à la mise en œuvre du système de gestion de la qualité et d'autres réglementations légales, qui deviennent de plus en plus compliquées et coûteuses. C'est la seule façon de survivre face à des "Molochs" comme Migros ou Galenica.

Dans une interview de 2014 que vous aviez donnée à Pharmapro, je vous avais interrogé sur l'intérêt ou les aspects positifs du métier de pharmacien, vous m'aviez parlé de son aspect varié (Vielfalt en allemand), vous partagez toujours ce point de vue ? 
C'est toujours la même chose. Notre profession est très diversifiée. En fait, je dirais même qu'elle le sera encore plus. Les nouvelles directives (en allemand HMG) ne signifient pas seulement que nous avons le droit d'en faire plus, mais que nous devons en faire plus. Plus de formation et plus de mises en pratique. Vaccination, antécédents médicaux (anamnèse), spécialisation sur un sujet comme les enfants, la peau, l'asthme, le diabète ... Ceux qui resteront au niveau de l'an 2000 disparaîtront. Toute personne qui sera encore pharmacien/ne en 2030 devra être un peu polyvalente. Cela me plaît, mais cela signifie aussi que je dois (ou peux) renoncer à d'autres tâches antérieures. Cela fait un certain temps que je ne m'occupe plus moi-même de la facturation aux assurances maladie. 

En 2014, vous aviez également mentionné que vous aimeriez que le pharmacien puisse vacciner directement dans la pharmacie, il semble que ce rêve soit devenu réalité. Vous pensez toujours que la vaccination était et est quelque chose de positif ? Est-ce rentable ?
Oui, le rêve est devenu réalité pour l'essentiel - mais avec encore un grand potentiel d'expansion. Dans mon canton, je suis autorisé à vacciner contre 4 maladies, mais il y a encore des cantons où cela n'est pas autorisé du tout ou seulement sur prescription médicale. Le service de vaccination est bien accueilli par la population - même si le patient doit le payer lui-même. C'est bon pour notre réputation ou image, cela montre ce que nous pouvons (encore) faire, c'est-à-dire des soins de santé efficaces et apporter une aide dans le système de santé. Toutefois, ce n'est pas très rentable. Pour l'avenir, il y aurait davantage de vaccinations pour lesquelles il serait utile de les inclure dans le répertoire ou tâches des pharmacies. Et l'inclusion dans les scénarios d'urgence en cas de pandémie. 

Parfois, je vais à des congrès médicaux (ex. Quadrimed à Crans-Montana) pour représenter Pharmapro Sàrl et je discute rapidement avec des médecins. Certains d'entre eux sont critiques sur le fait que les pharmaciens ne devraient pas "devenir médecins" parce qu'ils n'ont pas étudié l'anatomie ou qu'ils ne sont pas aussi avancés en physiologie ou pathologie. Nous pouvons par exemple prendre le cas de la vaccination. Qu'en pensez-vous ?
Je pense que même parmi les médecins, beaucoup ne sont pas bien informés de l'état actuel des choses et de la direction prise dans le monde de la santé. Les anciens pharmaciens n'ont pas vraiment étudié pour les nouveaux services qui arrivent. Mais les étudiants actuels en pharmacie ont intégré cette formation dans leurs études (les examens de l'OSCEE - ndlr. terme qu'elle a cité peut-être en allemand - le montrent) et les pharmaciens qui veulent utiliser ces services et ces spécialisations continuent (ou l'ont déjà fait). Le meilleur exemple est la vaccination. Notre formation à cet effet a même remporté un prix - et est meilleure que celle des médecins pendant leurs études. Outre le fait que dans de nombreuses situations (y compris à l'Institut Tropical), la vaccination est déléguée à l'assistante médicale ou à une personne sans formation médicale proprement dite. 
En ce qui concerne la concurrence entre pharmaciens et médecins : les médecins ont-ils fait des études pour administrer les médicaments ? Je parle de l'auto-distribution (Selbstdispensation en allemand), mais aussi des erreurs que je constate moi-même tous les jours sur les prescriptions en ce qui concerne le dosage, la posologie et les médicaments.

En Suisse, on assiste à une polémique dans les médias sur le coût élevé des nouveaux médicaments, par exemple pour lutter contre le cancer ou les maladies rares. Mais si l'on regarde en détail, la majorité de ces nouveaux médicaments très chers (un traitement de Novartis atteint 2 millions de dollars US) contournent les pharmacies d'officine, car ils sont administrés directement dans les hôpitaux ou les cliniques. Êtes-vous d'accord avec ce nouveau problème ? 
C'est effectivement un gros problème. Dans l'esprit des gens, les prix élevés des médicaments sont toujours liés à la pharmacie d'officine où ils ont reçu les médicaments. Ce n'est plus le cas depuis longtemps. 
Et si certains nouveaux médicaments sont super chers (et sont soit vendus directement par la société, soit livrés à l'hôpital par la pharmacie - ou la pharmacie a même des marges négatives en raison du grand effort qu'elle doit fournir), il y a d'autres médicaments qui sont super bon marché... si bon marché en fait, qu'il n'est guère intéressant pour les entreprises pharmaceutiques de les produire et de les distribuer. Et la pharmacie ne gagne rien sur un médicament qui coûte moins de 5 francs et qui est livré sur facture à la caisse d'assurance maladie. Les montants forfaitaires d'environ 7 francs ne sont pas une compensation suffisante pour tout le travail qui a été fait autour.

Enfin, quel est votre souhait pour l'année 2020 et jusqu'à 2024, en 2014 il s'agissait de la vaccination, avez-vous un nouveau souhait pour les pharmaciens en Suisse, un nouveau "combat" pour la profession ?
Que la population et aussi notre gouvernement voient et reconnaissent davantage ce que sont les (nouveaux et anciens) services de la pharmacie. Que nous nous éloignons du lien qui existe dans l'esprit des gens entre le prix des médicaments et que notre travail soit également reconnu et récompensé financièrement par les caisses maladie. 

Merci Pharmama pour cet interview.

Découvrez le blog de Pharmama (en allemand) ici

Le 12 février 2020. L'interview a été réalisé par e-mail en anglais et allemand entre janvier et février 2020 par Xavier Gruffat (Pharmapro Sàrl) avec l'aide du Dr Patrick Eichenberger (Pharmapro Sàrl). L'interview original est ou sera publié sur notre version allemande (Pharmapro.ch/de > Blog). Questions traduites de l'allemand par Xavier Gruffat à l'aide également d'un outil de traduction automatique. Traduction en partie littérale, mais avec pour objectif de ne pas changer le sens. 

 

Les dernières news

Inscrivez-vous à notre Newsletter